Série Files

Plus ciné que série, je suis ce qu'on appelle dans le milieu une casu... et fière de l'être !

Vous trouverez donc ici des avis concis sur les séries qui occupent occasionnellement mes soirées-canapés. Et si vous trouvez qu'il y en a peu, jeter un œil sur la rubrique Cin'express, vous comprendrez mieux ;)

 

​La liste des chroniques disponibles sur le site :

❦❦❦❦❦

Profil d'une sérivore tempérée

Mon mode operandi...

Si je suis plus branchée cinéma que série, il m'arrive de me plonger avec délice dans l'univers du petit écran. Rarement, certes. Car je consomme les séries de la même façon que les livres : je déteste quand il y a plusieurs tomes et que la forme n'est pas soignée ! Autant dire que le choix était plutôt limité pour une ancienne gamine des 90's qui a grandi avec la fameuse trilogie du samedi. Oui oui, mes samedis soirs étaient squattés en permanence par Charmed, Buffy contre les vampires, Dark Angel etc - je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître comme dirait l'autre... De quoi vous dégoûter des séries à rallonge qui comportait jusqu'à dix saisons, comme Smallville ou Stargate !

Puis la forme des séries à évoluer, notre façon de les visionner aussi... Désormais, les séries sont composées de saisons plus courtes, (souvent) plus qualitatives et bénéficient de moyens autrement plus élevés - Sherlock et Black Sails en sont d'excellents exemples. Il est également possible de pratiquer le binge-watching en toute quiétude, ce qui, pour les éternels impatients, est juste génial ! De quoi succomber aisément à la tentation.

De mon côté j'avoue une prédilection pour les séries en costume, avec une tendance marquée pour le (faux) cuir. Et tant pis pour les anachronismes - après tout, au cinéma, la jupette d'Achille dans Troie ou le kilt de Mel Gibson dans Braveheart ne sont là pour le plaisir des yeux !

 

 

 

 

 

 

Je suis victime du fan service historique

J'avoue également une légère addiction aux dramas, aka séries asiatiques, qui se limitent généralement à une vingtaine d'épisodes - donc pas le temps de se lasser...

Les dramas ont toutefois la désastreuse manie de réveiller mon côté fleur bleue. Pourquoi les couples asiatiques marchent autant sur moi alors que les niaiseries européennes ou américaines me laissent généralement de marbre ? Je n'en ai qu'une vague idée à dire vrai. Énormément de dramas me rappellent les romances shakespeariennes (La nuit des rois, Comme il vous plaira) : ils mêlent histoire de cœur et travestissement, humour et drame... Souvent, une jeune femme se retrouve contrainte d'endosser une identité masculine et s'éprend d'un garçon qui, lui, remet fatalement sa sexualité en question car il la prend pour un mec ! Cela donne lieu a des scènes cocasses, assez burlesques et au final plutôt romantiques - la déclaration de Coffee Prince est un exemple flagrant. Ce genre de dramas est légion et ce sont mes favoris :  Bromance, Coffee Prince, Hanazakari No Kimitachi E, Moonlight Drawn by Clouds, Sungkyunkwan Scandal, You're Beautiful et ses nombreux remakes... ou encore le pastiche Ouran High School Host ClubBref, il n'y a qu'eux pour tourner les histoires d'amour de façon si innovante, drôle et décomplexée.

A noter qu'ils excellent aussi dans le genre historique et les thrillers.

 

 

 

 

 

 

C'est cliché... Mais ça fonctionne à fond !

Pour mieux se connaître :

Mes séries favorites sont Black Sails ; Borgia ; Buffy contre les Vampires ; Crazy Ex-Girlfriend ; Doctor Who (saison 1 à 7) ; Merlin ; Penny Dreadful ; Sherlock (saison 1 à 3) ; Spartacus (particulièrement les Dieux de l'arène et War of the Damned) ; Sons of Anarchy ; Versailles...

Mes dramas vénérés sont Bloody Monday ; ​Bromance ; Coffee Prince ; Kill me Heal me ; Marry me, Mary ; Othros no Inu ; Secret Garden ; Shut up ! Flower Boy Band ; Sungkyunkwan Scandal ; You who came from the Stars ; Warrior Baek Dong-Soo ; You're Beautiful...

Et comme je ne crache jamais sur la culture japonaise, je suis une inconditionnelle de Black Butler, Death Note, Full Metal Alchemist (1ère génération), Fushigi Yugi, ​Vampire Knight  et j'en passe.

Aaaah... Toute ma (lointaine) jeunesse