Série files : Sherlock

09/06/2016

🎥 Série files : Sherlock 🎥

Saison 1 à 3 + Episode spécial

⭐ avec Benedict Cumberbatch, Martin Freeman, Lara Pulver,

 

Steven Moffat fait office de Nicolas Flamel dans l’univers des séries TV ; après avoir dépoussiéré le mythe de la SF Doctor Who, il donne à Sherlock Holmes, le héros d’Arthur Conan Doyle, un élixir de jouvence. Résultat ? Probablement la meilleure série policière de ces dix dernières années, furieusement cocasse, intelligente et imprévisible. Transposé un personnage aussi atypique que Sherlock à notre époque était un pari risqué… Pourtant, cette vision du célèbre détective anglais, cynique et impertinent, séduit dès le premier épisode. Les patchs ont remplacé la pipe, l’ordinateur et Internet supplantent la loupe, le fameux couvre-chef d’Holmes (le « deerstalker ») est relégué aux oubliettes, voir critiqué. Le plus surprenant ? Ça marche ! Cette vision moderne fait l’unanimité, tant auprès des fans de Doyle que des nouveaux spectateurs. Sherlock est un mélange astucieux et curieusement addictif, qui doit sans doute beaucoup à sa génialissime équipe scénaristique et à son tandem de choc, Benedict Cumberbatch et Martin Freeman dans les rôles d’Holmes et Watson. Nul doute que Cumberbatch, exubérant, charismatique et capricieux, aura marqué l’univers Holmésien avec son interprétation. Il succède ainsi à un palmarès d’acteurs impressionnants (Basil Rathbone, Peter Cushing ou encore Robert Downey Jr)… Et les évince sans la moindre difficulté ! Quant à l’atout charme de la série ? Une dominatrice portée sur le fouet nommée Irène Adler, interprétée par la venimeuse Lara Pulver.

Après deux saisons aussi réussies, la chute semblait inéluctable : légèrement moins aboutie que ses prédécesseurs, la saison 3 s'est révélée curieusement anecdotique.

Une petite déception balayée rapidement par l’épisode spécial : l'Effroyable mariée . C'est avec délice que les spectateurs ont pu se replonger dans les aventures du plus sexy charismatique détective consultant du petit écran. Les showrunners Mark Gatiss et Steven Moffat ont su combler toutes les attentes avec cet épisode. Après une saison 3 en demi-teinte, ils reviennent au sommet de leur forme et livre un épisode spécial alambiqué mais rafraîchissant, où le présent s'entremêle avec le passé de façon totalement jouissive et inattendue. Le palais mental de Sherlock est ici abordé en profondeur, ce qui, lorsqu'on adhère au concept, est hautement appréciable. Comme toujours, ce sont les petits détails qui donnent au tout son côté génial : les génériques remaniés pour l'occasion, le traitement du personnage de Molly Hooper ou de Watson, les allusions à Conan Doyle... L'ambiance, les costumes et la lumière sont sublimes. Quant à Benedict Cumberbatch et Martin Freeman, ils livrent des performances parfaites, comme à leur habitude.Beaucoup ont reproché à cet épisode spécial de ne pas avoir été un épisode plus traditionnel ou au contraire de s'inscrire dans la continuité de la saison 3. Pour moi, l'Effroyable mariée est le moyen idéal de replonger dans l'esprit de la série avant la saison 4 et d'en apprendre davantage sur le personnage de Sherlock. Seul petit bémol, l'absence d'Irène Adler ! Bref 1h30 haletante pour un quasi sans faute.

Une chose est sûre : Sherlock n’a pas fini de faire parler de lui. Elémentaire.

 

 

 

 

 

 

 

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 150ème chronique : Le corps

05/11/2019

1/10
Please reload