L’avis des libraires – 4ème chronique : Cornes

21/10/2016

L’avis des libraires – 4ème chronique :

Cornes de Joe Hill

Démon romantique et Vendetta gore

 Réveil douloureux  et… Des cornes. Ce qui devait être un lendemain de cuite tourne au cauchemar. Lorsqu’Ig, 26 ans, voit des cornes vrillées sur son crâne, il pense à une hallucination provoquée par l’amertume et l’alcool. Qui ne serait pas devenu fou ? Un an que l’opinion publique a fait de lui un assassin, l’accusant du meurtre et du viol de son âme-sœur, Merrin. Ig comprend : les cornes seront la clef de sa vengeance, le reflet des pouvoirs spectaculaires dont il est désormais doté.

 

Certains livres vous séduisent sans prévenir et, de lectures hasardeuses, se muent en coups de cœur. Cornes en est l’exemple concret : pour ma 1ère chronique spéciale Halloween, laissez-moi vous présenter un chef-d’œuvre horrifique et tragique relevé d’une pincée d’humour noir, signé Joe Hill.

D’emblée, ce roman a tout pour être addictif : des personnages captivants à la personnalité complexe, un humour impertinent irrésistible, une atmosphère mystique qui confère au génie, des touches de gore disséminées aux moments opportuns, le tout baignant dans une ambiance un peu rétro renforcée par les choix musicaux de l’auteur. Doté d’une plume saisissante, Hill est en plus un mélomane chevronné et c’est via Terry, grand frère d’Ig et animateur radio, qu’il nous en fait la démonstration.

Mais là où il s’avère plus surprenant encore, c’est lorsqu’il place la relation d’Ig et Merrin au cœur de l’intrigue. En effet, il réussit où bon nombre d’auteurs ont échoué : dresser le portrait d’une idylle romantique désespérée qui se veut sans concession et dénuée de toute niaiserie. L’alchimie entre le couple est palpable, si bien que le lecteur ne peut que s’impliquer dans la vendetta du jeune homme. De même, si l’identité du meurtrier de Merrin est prévisible, l’intérêt réside ailleurs : dans la confrontation finale qui opposera l’amoureux à l’assassin et son dénouement qu’on sait déjà épique !

Tout comme son père Stephen King, Joe Hill semble bien destiné à révolutionner votre vision de l’horreur. Prêts ?

 

Cornes de Joe Hill aux éditions Jean-Claude Lattès (416 pages / 22,30 euros) ou aux éditions J'ai Lu (608 pages / 8,40 euros)

 

Article publié dans le Pays Briard le 21.10.16

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

Digressions, non-dits & qu’en-dira-t-on #10 : Quand l'adaptation dépasse le livre...

25/03/2020

1/10
Please reload