SĂ©rie files : Coffee Prince (The 1st Shop of)

15/04/2018

Â đŸŽ„ SĂ©rie files : đŸŽ„

The 1st Shop of Coffee Prince 

⭐ avec Yoon Eun-hye, Gong Yoo, Lee Sun-kyun, Chae Jung-an, Kim Jae-wook, Kim Dong-wook, Lee Eon, Kim Chang-wan ...

Go Eun-Chan est une jeune fille volontaire et dĂ©brouillarde, Ă  la tĂȘte de sa famille depuis la disparition de son pĂšre. Entre sa cadette oisive superficielle et sa mĂšre, tempĂȘte sĂ©ductrice dĂ©pensiĂšre, Eun-Chan cherche tant bien que mal Ă  joindre les deux bouts en multipliant les petits boulots : professeur de Taekwondo, serveuse, livreuse de nourriture en tous genres... Le peu d'importance qu'elle accorde Ă  son apparence, ses cheveux courts, son appĂ©tit insatiable, son Ă©tonnante force physique et son franc-parler dĂ©tonnant lui valent souvent d'ĂȘtre prise pour un garçon.

Par hasard, elle rencontre Choi Han-Gyul, le séduisant héritier d'un chaebol* spécialisé dans l'alimentaire. Il ne fait pas exception à la rÚgle et est persuadé avoir affaire à un homme...

Han-Gyul, de son cÎté, est dans une position délicate : sa grand-mÚre, inquiÚte de la vie légÚre qu'il mÚne aux Etats-Unis, l'oblige à reprendre un café en pleine banqueroute afin de démontrer ses qualités professionnelle et sa maturité... Tout d'abord réticent, il n'a finalement d'autres choix que d'accepter sous peine de se voir couper les vivres et passe un pacte avec la matriarche : si le café cartonne, alors elle le laissera regagner les USA.

BientÎt renommé le Coffee Prince, l'établissement passe de gargote miteuse à salon prestigieux. Afin d'accroßtre encore le succÚs des lieux, Han-Gyul met en place un fabuleux coup de marketing : n'embaucher que des hommes séduisants pour travailler à ses cÎtés.

A la suite d'un concours de circonstances, Eun-Chan est employée par Han-Gyul. Alors que des sentiments commencent à naßtre respectivement, Eun-Chan craint de perdre son travail et la relation privilégiée qui s'est installée entre eux. Elle continue alors d'endosser une identité masculine, plongeant son patron dans le plus grand désarroi et doutant de sa sexualité...

 

*ensemble d'entreprises coréennes

Je vous en parlais il y a peu mais Coffee Prince est l'un de mes dramas favoris. Je l'ai vu intégralement trois fois - dont deux alors que j'étais lycéenne... Ce qui reste un record personnel !

En le visionnant avec mes yeux d'adulte, il y a un mois environ, je me suis rappelée pourquoi je l'aimais tant, pourquoi il restait à mes yeux l'une des comédies romantiques les plus réussies qui soient, pourquoi j'aimais tant son couple principal, ses personnages secondaires et son intrigue.

A premiÚre vue, cette histoire de Cendrillon contemporaine dans le monde du café pourrait sembler clichée au possible mais les personnages se distinguent grandement par leur caractÚre respectif.

Eun-Chan est typiquement le genre d'hĂ©roĂŻne que j'adore ! A la maniĂšre de Kim Yoon-hee et Go Mi-Nam, protagonistes respectives de Sungkyunkwan Scandal et de You're Beautiful, elle est prĂȘte à tout pour atteindre ses objectifs. Tout comme elles, elle va se faire passer pour un homme aux yeux de la sociĂ©tĂ©, prouvé sa valeur sous une apparence masculine mais s'Ă©panouir au final en tant que femme à part entiĂšre. Elle n'a Ă©galement rien de la fille naĂŻve et un peu cruche, quand bien mĂȘme sa mĂ©connaissance du dĂ©sir masculin est l'un des ressorts comiques du drama : si elle est si peu informĂ©e sur l'attirance physique, c'est qu'elle n'a tout simplement jamais eu l'occasion d'entrer dans une dĂ©marche de sĂ©duction avec qui que ce soit, noyĂ©e sous le travail et sĂ©rieusement handicapĂ©e par son androgynie. De mĂȘme lorsqu'elle comprend que cette possibilitĂ© lui est offerte, elle caresse enfin le rĂȘve d'Ă©tudier et de s'Ă©lever grĂące Ă  son mĂ©rite, une ambition souvent associĂ©e aux hommes. Eun-Chan est drĂŽle, spontanĂ©e, endurante et fait preuve d'une abnĂ©gation totale pour sa famille et ses amis. Sa relation avec Han-Gyul est touchante, complexe, souvent Ă©lectrique... Il a du mal Ă  comprendre le besoin d'Ă©mancipation de la jeune femme mais finira par se ranger de son avis, non par faiblesse mais pour la rendre heureuse. 

Han-Gyul, Ă  sa maniĂšre, est aussi un personnage atypique : comme dans beaucoup de dramas romantiques, il est l'hĂ©ritier richissime, bien de sa personne, qui conduit une voiture de sport et semble au premier abord insouciant et hĂ©doniste. Mais, Ă  l'inverse de Chi-soo dans Cool Guys Hot Ramen, ce n'est ni un Play-boy, ni un bon Ă  rien : Han-Gyul possĂšde une force crĂ©ative qui lui est souvent utile, c'est un homme d'affaires tenace et aguerri, travailleur et tĂȘtu, qui possĂšde par ailleurs des tendances enfantines - il Ă©tait un concepteur de jouets reconnu aux States. Par ailleurs, il n'a aimĂ© qu'une seule et unique femme avant sa rencontre avec Eun-Chan, Ă  savoir Yoo-joo, une peintre qui mĂšne une relation de couple complexe avec son cousin Han-sung.

Han-sung et Yoo-joo forment le second couple phare de Coffee Prince et une sorte de quatuor amoureux avec Eun-Chan et Han-gyul. Dans de nombreux dramas, le second couple est souvent prétexte à semer des obstacles entre les amoureux principaux : ici, c'est le cas mais les scénaristes réussissent à les rendre assez complexes et attachants pour qu'ils n'apparaissent pas comme antagonistes mais personnages à part entiÚre.

Tous les personnages ont leur utilitĂ© et une personnalitĂ© qui tendent Ă  les rendre attachants : la grand-mĂšre d'Han-Gyul et Han-sung est une femme entĂȘtĂ©e mais magnanime ; Sun-ki, chef gaufres au Coffee Prince, a un passĂ© amoureux tragique qui connaĂźt une belle Ă©volution ; Min-yeop, amoureux transi d'Eun-sae, la cadette d'Eun-chan, apparaĂźt comme un nounours dĂ©cĂ©rĂ©brĂ© dans la premiĂšre partie du drama mais finit Ă©galement par changer et s'Ă©manciper de l'influence nĂ©faste qu'exerce la lycĂ©enne sur lui ; Eun-sae, pourtant prĂ©sentĂ©e comme une petite peste Ă©gocentrique et manipulatrice, finit par rĂ©ellement dĂ©montrer son attachement Ă  sa sƓur ; mĂȘme Gae-shik, barista et chef-adjoint du Coffee Prince, quadra Ă  l'hygiĂšne douteuse, est touchant dans ses interactions avec les autres, particuliĂšrement dans son attitude protectrice vis Ă  vis d'Eun-chan.

Je n'aurais au final qu'un seul bĂ©mol concernant les personnages : Ha-rim, serveur au CafĂ© des Princes et ami de longue date d'Han-Gyul est le seul Ă  Ă©voluer d'une façon dĂ©sastreuse. Eun-sae et Min-yeop, pourtant les deux hĂ©ros les plus pĂ©nibles de la sĂ©rie, connaissent ainsi une jolie progression, tant dans leur relation que dans leur identitĂ© propre. Ha-rim, introduit dans la sĂ©rie comme un jeune homme homosexuel, jovial, spontanĂ© et bavard, devient vite insupportable, notamment lorsqu'il se mĂȘle de la relation d'Han-Gyul et Eun-Chan. Pire : son homosexualitĂ© est bien vite balayĂ©e pour un profil d'hĂ©tĂ©ro macho et tombeur, clichĂ© ambulant, qui dispense ses conseils sexistes Ă  qui veut bien les entendre. Il est antipathique, suffisant et parfois mĂȘme mĂ©chant, surtout vis Ă  vis de notre hĂ©roĂŻne. Bref, un joli fiasco qu'on ne s'explique toujours pas... Heureusement, de tous les membres du Coffee Prince, il reste relativement peu prĂ©sent Ă  l'Ă©cran.

*ça, c'est un peu l'effet que me fait Ha-rim...*

 

L'intrigue est trÚs intéressante, tant dans le développement de ses personnages que dans les thÚmes qu'elle aborde par petites touches. La place de la femme dans la société coréenne, le travail des baristas, l'orientation sexuelle, la critique des unions arrangées, le poids du mariage, l'impact de la famille, les relations à distance...

Le drama est également trÚs profond lorsqu'il évoque la complexité des relations de couple. Un thÚme récurrent, avancé par Han-Sung et Yoo-joo, est centré sur la difficulté à concilier une vie professionnelle artistique (lui est producteur dans le domaine musical, elle une peintre de renommée internationale) et une existence personnelle sereine. Yoo-joo revendique sa liberté, son besoin d'indépendance et sa nature instable la pousse souvent à se séparer d'Han-Sung, ce que ce dernier tolÚre mal... Avant de rencontrer Eun-chan et de ressentir un sentiment troublant à son égard ! Leur capacité à se reconstruire, à affronter les hauts et des bas, à permettre à leur relation de renaßtre encore et encore, les rend trÚs attachant. Leur liaison est beaucoup moins idéalisée que ne l'est celle de Han-Gyul et Eun-chan mais aussi plus réaliste.

Toutefois, le couple formĂ© par ces derniers reste formidable de bout en bout : il dĂ©montre qu'on peut aimer quelqu'un envers et contre tout, quel que soit son sexe, sa condition sociale, ses dĂ©fauts... Aussi volcaniques que soient leur Ă©change, Han-Gyul et Eun-Chan bĂątissent une relation de confiance, d'entraide et d'amitiĂ© qui se mue progressivement en passion amoureuse. Tous deux vont prendre des risques pour maintenir leur relation, Han-Gyul ira mĂȘme jusqu'Ă  assumer ce qu'il croit ĂȘtre de l'homosexualitĂ©, encore tabou en CorĂ©e - et ailleurs malheureusement. Sa souffrance, sa stupĂ©faction et au final son dĂ©sir face Ă  celle qu'il croit ĂȘtre un homme sont palpables. Ce qui donne lieu à une dĂ©claration ĂŽ combien romantique (la plus belle que j'ai jamais vue) et Ă  un baiser des plus enflammĂ©s. A noter qu'Eun-chan n'est pas passive vis Ă  vis d'Han-gyul, il lui arrive souvent de prendre les devants, de l'embrasser ou de chercher sa proximitĂ© physique, ce qui rend leur couple d'autant plus progressiste car, Ă  l'inverse de nombreux dramas corĂ©ens qui ne semblent pas tenir compte du consentement, la femme n'y apparaĂźt ni soumise ni rĂ©servĂ©e.

Si cet avis peut sembler dithyrambique, force est de constater que Coffee Prince pĂȘche sur certains points.

On peut toutefois regretter le rythme parfois inĂ©gal, l'intrigue connaĂźt quelques passages Ă  vide oĂč il semble Ă©vident qu'on a plutĂŽt affaire Ă  du remplissage et ce dĂšs l'Ă©pisode 13. Heureusement, les acteurs, excellents, parviennent largement Ă  rattraper les rebondissements les plus mollassons. Gong Joo (Dernier train pour Busan, Goblin) et Yoon Eun-hye (Lie To Me, Missing You) interprĂštent les rĂŽles principaux : ils sont tout simplement gĂ©niaux, justes et touchants. Il en va de mĂȘme pour les interprĂštes d'Han-sung et Yoo-joo, Ă  savoir Lee Sun-gyun (Hard Day, Petty Romance) et Chae Jung-an (Yong Pal) qui forment un duo des plus convaincants.

Enfin, mention spéciale à Kim Jae-wook, toujours aussi classe dans son rÎle de coréano-japonais taciturne et romantique, qu'on a également vu dans Antique Bakery ou Marry me Mary.

Autre bémol, les musiques plutÎt anecdotiques qui égayent la bande-sonore ; à l'inverse de City Hunter, You're Beautiful, Warrior Baek Dong Soo ou Bridal Mask aucun morceau n'a retenu mon attention ou susciter l'envie de l'écouter à nouveau. Le générique, It's Love! lalala, It's Love ! interprété par The Melody est particuliÚrement miÚvre et ne colle pas du tout à l'esprit général du drama.

Coffee Prince, sous ses dehors de comédies romantiques inoffensives est une ode à la tolérance, au courage et à l'acceptation de soi. DrÎle, souvent triste, toujours juste, il offre une galerie de personnages forts et de thématiques majeures.

Pour découvrir Coffee Prince vous pouvez...

 

Vous le procurer sur Amazon :

 

Ou le visionner légalement en streaming sur Dramapassion

(cliquez sur l'image ci-dessous)

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • AllocinĂ©
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 190ùme chronique : Le Carrousel Infernal

24/10/2020

1/10
Please reload