• Chloé

Rétrospective Hogarth Shakespeare Project ~ Mars 2021

Rétrospective

Hogarth Shakespeare Project

~ Mars 2021

Bonjour à tous,

En me plongeant dans La Pâtisserie des Sorciers, mes premiers amours m'ont d'emblée poussée vers une certaine tarte : celle de la Reine des Sorcières. Ce dessert tire son inspiration des sombres enchanteresses inventées par Shakespeare, le trio infernal venu impacter le destin de Macbeth... Une délicieuse tarte aux poires safranée (laquelle, en réalité, figure dans Le conte d'hiver) qui m'a aussitôt donné envie de retrouver cet univers que j'aime tant.

Macbeth est ma tragédie favorite de ce cher Will. L'ambiance y est trouble ; les personnages ambigus et passionnants ; l'avidité, la vengeance et la folie omniprésentes ; la fatalité pèse sur la trame et ses protagonistes jusqu'au sanglant final qui vient couronner 5 actes de descente aux enfers.

Dans cette Ecosse médiévale où la magie et le pouvoir règnent à parts égales, les femmes tiennent une place prépondérante, manipulent les Hommes, tirent les ficelles dans le secret de la lande ou dans le repère intime d'une chambre à coucher.

Outre les prêtresses du mal, il y a bien sûr Lady Macbeth. Elle est sans doute l'une des figures féminines les plus fortes et les plus troublantes du barde d'Avon, à la fois héroïne inoubliable et antagoniste machiavélique, tentée puis consumée par son ambition.

En me lançant dans ce Marathon Macbeth, j'ai eu une pensée toute particulière pour la superbe réécriture signée Jo Nesbø, l'un des romans initiés par le Hogarth Shakespeare Project... Pour rappel, cette initiative, lancée en 2015 par les Editions Hogarth, vise à transposer en roman les pièces du dramaturge. Si ma première approche avait donc été plus que positive, ma lecture désastreuse de Vinegar Girl avait enrayé toute envie de m'intéresser à nouveau au sujet !

Qu'à cela ne tienne, il n'est jamais trop tard : vous l'aurez compris, le mois de mars sera entièrement dédié au Hogarth Shakespeare Project.

Petite précision toutefois : sur les sept ouvrages sortis dans les pays anglophones, seuls six ont été traduits en français. Shylock is My Name d'Howard Jacobson, réinterprétation du Marchand de Venise, n'a jamais été publié chez nous et aucune date potentielle n'a été avancée. Ce que je regrette beaucoup. La pièce comptant parmi les plus douteuses de Shakespeare, il aurait été très intéressant d'y apporter un œil contemporain, d'ôter la vision problématique de Shylock ou de poser la narration d'un point de vue ouvertement antisémite sans l'approuver, ce qui justifierait le discours odieux entourant le personnage... Encore faudrait-il, bien sûr, que la réécriture ne soit pas toute aussi douteuse que l'œuvre originale, comme ce fut le cas avec La Mégère apprivoisée.

Voici donc le programme :


Macbeth de Jo Nesbø – Macbeth


Vinegar Girl d’Anne TylerLa mégère apprivoisée


Le nouveau de Tracy Chevalier – Othello


Graine de sorcière de Margaret Atwood – La Tempête


La faille du temps de Jeanette Winterson

Le Conte d'hiver


Dunbar et ses filles d'Edward St Aubyn – Le Roi Lear


  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram