• Chloé

La petite fille qui avait peur de tout #En 3 points

Titre : La petite fille qui avait peur de tout

Autrice : Aurora Cacciapuoti

Éditeur : Grasset Jeunesse

Genre : Fable initiatique

Date de parution originale : 2022

Résumé : Amélie s'effraie d'un rien. Pourtant, un jour, elle croise un drôle de petit être. La créature, toute grise, toute déprimée, a bien du chagrin. La fillette décide alors de prendre les choses en mains. On ne sait jamais ce qui peut arriver...


#En 3 points :


* Une histoire toute en simplicité :

Pour sa première parution de l'année, Grasset Jeunesse a choisi un album doux et singulier, emblématique de leur ligne éditoriale. C'est à Aurora Cacciapuoti, artiste italienne, que nous devons l'avis du jour.

Dans ce joli ouvrage au format cartonné, on découvre Amélie, la "petite fille qui avait peur de tout". De fait, la fillette fuit tout ce qui est susceptible de l'effrayer - les jeux en groupe, le jardin, le parc, le noir, les chiens ! Ses craintes la mettent souvent à l'écart des autres, au point de la couper de ses amis ou sa famille. Pourtant, lorsqu'une petite créature l'accuse de gâcher ses rêves, Amélie est prise de compassion... Et de courage ! Elle décide alors de venir en aide à ce marshmallow aux idées noires. Elle va enfin écouter les propositions des autres, accepter de sortir, de jouer, de vivre pleinement ses expériences. Pour aider autrui, elle va finir par construire son propre bonheur.

* Une jolie métaphore :

La petite boule grise représente bien sûr le for intérieur d'Amélie, sa conscience : elle exorcise ce qu'elle ressent par le biais d'une créature mignonne, tout en rondeurs et en mimiques. C'est un être apeuré mais surtout chagriné à l'idée que ses peurs dirigent son quotidien. Alors que la fillette combat ses phobies, la figure pessimiste va peu à peu retrouver le sourire. En luttant pour cet être (et donc pour elle-même) mais aussi en allant vers les autres, en se dépassant, en acceptant de nouvelles expériences, Amélie progresse. En venant au secours des autres, on s'aide ainsi souvent soi-même.

Pour autant, la morale ne culpabilise pas le sentiment de peur : elle rappelle jusqu'à son dénouement qu'il est normal d'être effrayé. L'important est de lutter contre cette émotion et de l'outrepasser. La trame encourage donc l'enfant à ne pas refouler ses peurs ou à les nier mais à les vaincre, le tout avec délicatesse et simplicité.

* Des illustrations pleines de charme :

L'intrigue est en effet servie par des illustrations d'une grande sobriété. Les décors sont dépouillés, les personnages affichent des traits très épurés. Mais ce trait minimaliste happe justement les jeunes lecteurs, les interpelle. Mieux encore, il regorge de trouvailles visuelles !

Sur les premières planches, une unique teinte domine : la robe rouge dont est habillée l'héroïne. De plus, Amélie traîne partout ses idées noires, symbolisées par un gros nuage tourbillonnant au-dessus de sa tête - des pensées négatives que sa compagne d'infortune arbore également. Plus celle(s)-ci gagne(nt) en assurance, plus les couleurs sont nombreuses et plus le nuage s'amenuise jusqu'à totalement disparaître. La créature elle-même finit par se parer d'un jaune lumineux, incarnation du courage.

Pour tous ces petits détails qui le rendent si riche et pour sa fable joliment pensée, La petite fille qui avait peur de tout est un excellent album jeunesse. Pour puiser du courage et de l'espoir, dès 3 ans.



Un immense merci aux

Éditons Grasset Jeunesse

pour ce très beau service presse.


« [...] même si la peur réapparaître parfois,

Amélie sent au fond de son cœur cette petite

chose qui brille : cette petite chose lumineuse

qui surgit lorsque la peur disparaît et laisse

place au courage. Parce que de toute façon...

On ne sait jamais ce qui peut arriver ! »

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram

Envie d'une escapade au Pays des Merveilles ?

Suivez le lapin blanc 🐰🐰🐰

Email