• Lissia

L’avis des libraires ~ Chronique invitée : Esprit d’Hiver

L’avis des libraires ~ Chronique invitée :

Esprit d'Hiver de Laura Kasischke

Huis-clos glacial & tensions familiales

En ce matin de Noël, le blizzard fait rage. Alors que son mari est parti chercher ses parents, Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana. Petit à petit les invités se décommandent… Au fil des heures, ponctuées d’appels téléphoniques anonymes, Tatiana devient irascible, inquiétante, étrange. Holly se remémore l’adoption de sa fille, treize ans auparavant, en Sibérie, similaire à cette matinée glaciale. La mère a la sensation que quelque chose, ou quelqu’un, les a suivis jusqu’ici.


Dans ce huis-clos haletant, l’auteure américaine Des revenants nous offre une nouvelle fois un thriller au suspens fantastique. La psychologie y est admirablement orchestrée, donnant aux personnages un esprit tourmenté où la haine et l’amour s’entremêlent.

D’un côté, nous avons Tatiana : beauté glaciale et gracile, engagée dans la cause environnementale, tempérament rebelle. La crise d’adolescence de la jeune fille renforce les relations houleuses qu’elle entretient avec sa mère tout au long du récit. En effet, Holly s’est réveillée trop tard en ce matin de Noël, et ça, Tatiana ne veut pas lui pardonner… De plus, le fait qu’elle soit adoptée accentue leur animosité. Comme nombre d’adolescents, elle garde les choses pour elle et aspire à plus d’indépendance ce qui attriste, voire dérange Holly, qui se pensait pourtant si préparée.

La mère quant à elle est une femme au tempérament fort – elle voue à sa fille une admiration presque maladive. Ancienne romancière, n’ayant pas écrit depuis des lustres, griffonnant des débuts sans suite, elle cherche l’inspiration. Cette femme se démène pour que son enfant soit heureuse en dépit de ses propres émotions. C’est un personnage attentionné, à l’écoute des gens qu’elle aime. Malheureusement, très perfectionniste, « l’échec » du repas de Noël va l’agacer et la tourmenter. D’apparence très sûre d’elle, Holly se révèlera paranoïaque et même colérique…

Laura Kasischke possède ce pouvoir d’installer une atmosphère pesante, parfois dérangeante qui nous suspend au fil des lignes. Le cadre presque spectral du matin hivernal renforce cette sensation. Et le blizzard amène, lui, sa touche de solitude au livre, isolant complètement la mère et la fille qui ne peuvent sortir à cause de la tempête.

Les situations s’enchaînent sans avoir le temps de souffler. Puis, au fur et à mesure des pages, la vision du personnage principal se brouille et plonge également le lecteur dans un nuage opaque. L’auteure nous balade ainsi avec rythme jusqu’à la fin où la chute fait plus que réfléchir, remettant en cause tout le roman et les situations décrites.

Je me souviens de ces descriptions détaillées et ai encore certaines images en mémoire avec une précision surprenante. Laura Kasischke plante tout de suite le décor, ce qui permet au lecteur de placer les personnages avec facilité pendant ce déjeuner annulé où la table est dressée sans invité.

Finalement, ce livre est un récit qu’il faut ressentir et non analyser. En effet, il procure des sensations fortes mêlant suspense et stupeur.

Pour un Noël qui hérisse le poil, Esprit d’hiver est à lire de préférence emmitouflé sous un plaid avec chocolat chaud ! Le blizzard est optionnel.


Esprit d’Hiver de Laura Kasischke, paru aux Éditions Bourgois, 276 pages, 20€. Existe aussi en petit format aux Éditions Le Livre de Poche, 312 pages, 7€90.


Chronique parue en version écourtée dans le Pays Briard le 18.12.2020


  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram

Envie d'une escapade au Pays des Merveilles ?

Suivez le lapin blanc 🐰🐰🐰

Email