• Chloé

L’avis des libraires Remake - Jamais assez maigre

L’avis des libraires REMAKE

Jamais assez maigre de Victoire Maçon-Dauxerre

Biographie d’une ex-mannequin revenue de l’Enfer


A 17 ans, Victoire échoue à intégrer Sciences Po. Alors que l’adolescente se remet de sa déception, il s’offre à elle une voie qu’elle n’a jamais envisagée : le mannequinat.

Une condition toutefois. Pour être habillée par les plus grands, il faut maigrir et vite. Défi relevé. S’enchaînent podiums, contrats avec les plus prestigieuses maisons de couture, shootings aux quatre coins du monde. Qu’importe les mesquineries en coulisses et les diktats des créateurs. Son succès est immédiat, la voilà promise à une brillante carrière sous les projecteurs.

Pourtant, Victoire va bientôt affronter la pire des rivales. L’obsession du poids grandit au point de la ronger à petit feu. L’anorexie devient alors une bataille quotidienne…


En 2017, alors que j’étais en proie à la maladie et en pleine lutte contre des TCA dont je niais l’existence en bloc, ma mère m’a offert ce livre. Jamais assez maigre. Un titre qui, a lui seul, résumait toutes mes obsessions. J’avais beau être très loin du glamour toxique des défilés, le témoignage de Victoire Maçon-Dauxerre faisait écho de mon quotidien, jetait mes souffrances sur papier. Je n’ai pris conscience de nos similitudes qu’une fois sortie du cercle vicieux anorexie-boulimie – nier est l’une des cuirasses les plus retorses de cette pathologie.

En le relisant, en me confrontant à certains passages, cette réalité me revient en mémoire. Toutes les marottes journalières, les méthodes pernicieuses, le sport à outrance, le cerveau obnubilé par la nourriture (et son rejet) ainsi que le contrôle permanent du corps. Cinq ans après, je vois à quel point le texte reste d’actualité. En cinq ans, je vois aussi à quel point la maladie gagne du terrain. Car il y a d’autres failles, d’autres injonctions.

Les magazines qui martelaient que vous deviez perdre les kilos amassés durant les fêtes ne sont plus qu’une source de péril minime. Il y a pire, d’autant plus dangereux que le public ciblé est souvent très jeune. Les réseaux sociaux et leurs diktats, la doctrine du body-positive, l’explosion de l’orthorexie (ou quand le « manger sain » prend des proportions terribles), la tendance Healty devenue un simple argument marketing pour les gammes minceurs… Tout cela, sous forme de propagande bienfaitrice, renforce le seul but d’effleurer un idéal inatteignable. Les répercussions qu’un tel objectif peut engendrer sont rarement mises en avant. On ne naît pas anorexique ou boulimique, on le devient. Par pression sociétale, par mal-être, par perfectionnisme. Trop maigre, trop gros, trop peu tonique, trop viril, trop apprêté, trop peu soigné, etc. Toujours trop pour certains, trop peu pour d’autres. Notre regard sur notre apparence est donc systématiquement biaisé. Contre-coup inattendu à l’égalité des sexes : la pression qui reposait sur l’apparence féminine a maintenant tendance à gangréner celle des hommes. Simone de Beauvoir n’avait sans doute pas cette idée en tête lorsqu’elle prônait l’égalité des sexes…

Dans ce contexte, l’ouvrage de Victoire ferait presque figure d’intérêt public : témoignage poignant, cette biographie nous expose la fulgurante ascension d’une modèle et sa chute, plus vertigineuse encore. Quoi de mieux, pour donner l’alerte, que de passer à la loupe le mannequinat, incarnation supposée du glamour, de la beauté, de la perfection du beau sexe ?

Le cadre est d’autant plus intéressant qu’à cette ultra-féminité supposée s’adjoint pour beaucoup une course aux étoiles. Si l’autrice elle-même n’était pas dans cette recherche frénétique de la popularité, le milieu regorge de jeunes à peine majeurs prêt(e)s à tout pour un moment d’éternité, de gloire, de luxe. De fait, la quête de la célébrité a explosé auprès des adolescents. Et qui pourrait les en blâmer alors qu’on leur vante, partout, tout le temps, qu’il est aisé de se faire un nom ? Que l’on peut être millionnaire avant le BAC, en suivant simplement les tendances ? La poudre aux yeux, ici, a des conséquences sordides – et ceux qui parviennent au sommet ont vite le revers de la médaille (harcèlement, délations, intimidations, critiques gratuites).

Concernant Victoire, il est terrible de voir à quel point le marché de la mode a peu évolué depuis la parution de Jamais assez maigre. Les normes physiques et les codes restent bien ancrés, quand les mannequins grande taille les plus célèbres excèdent rarement un 42/44. Certaines sont même sommées de porter du rembourrage pour paraître plus en chair.

Ni manichéenne ni surfaite, la confession réussit l’exploit d’être toujours très juste et aussi objective que possible en dépit des épreuves endurées. Comme souvent, les coulisses se révèlent sordides : perte de cheveux par poignées, incapacité à se concentrer, épuisement, concurrence, torture psychologique et manipulation exercées par les agences… Et bien sûr, l’anorexie. Il n’y a pas de glamour, pas de paillettes, juste la vérité nue. La maladie et ses répercussions physiques comme mentales.

La descente aux enfers de cette femme brillante est d’autant plus saisissante qu’elle est relatée par une plume fluide qui, sans être soutenue, a le mérite de se lire facilement et vous happe tel un thriller.

Au final, cet ouvrage s’avère aussi addictif que nécessaire. A l'heure où la société est plus superficielle que jamais et où chacun essuie une pression conséquente pour rentrer dans les normes de beauté contemporaines, le témoignage de Victoire Maçon-Dauxerre est plus que courageux : il est indispensable.

De mon côté, j’ai encore trop de jeunes clientes ou d’amies qui, connaissant mon parcours, viennent me demander de l’aide pour s’extirper des TCA… Ou réclamer des techniques pour parvenir à leurs objectifs décharnés. Qu’importe votre choix ou vos problèmes : la faim n’est jamais une finalité.


Jamais assez maigre : Journal d'un top model de Victoire Maçon-Dauxerre aux Editions J’ai lu, 256 pages, 7€60.

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram

Envie d'une escapade au Pays des Merveilles ?

Suivez le lapin blanc 🐰🐰🐰

Email