• Chloé

L’avis des libraires - 246ème chronique : Le Reflet Brisé

L’avis des libraires : 246ème chronique

Le Reflet Brisé de Nina Gorlier

Miroir maudit au mur,

Qui a pouvoir sans commune mesure ?


A Steinburg, le roi Wilhelm II vient de prendre une nouvelle épouse, Kirsten von Schaffen. Mais l’union n’est que politique et, sitôt arrivée, la princesse subit de plein fouet la cruauté de la cour. Étrangère au pays, défigurée par une longue balafre, sans famille ni amis, elle est une cible facile pour Wilhelm et ses partisans.

Pourtant, la reine calomniée endure, se bat pour exister face à ceux qui ne lui témoignent que du mépris. Jour après jour, elle finit par trouver quelques alliés au sein du château. Parmi eux, un confident de choix : Weiss, son beau-fils. Le prince héritier s’affirme comme l’exact opposé de son père. Il est érudit, altruiste et séduisant. Une relation forte se noue entre les jeunes gens, brise la solitude de la souveraine.

Alors que Kirsten voit l’avenir d’un œil moins sombre, elle remarque une chose étrange. Son miroir, offert par son époux en ultime moquerie, semble receler de nombreux mystères…

De lui viendra son ascension ou sa perte.


Si Blanche-Neige s’impose parmi les contes les plus populaires, maintes fois réinventé à l’écran et dans la littérature, l’héroïne éponyme n’a jamais été son attrait majeur… A tel point que la fille « à la peau blanche comme la neige, aux lèvres rouges comme le sang et aux cheveux noirs comme l’ébène » tient souvent un rôle de figurante dans sa propre histoire.

Non, celle qui exalte, fascine, épouvante, c’est bel et bien sa méchante belle-mère. Modèle de beauté et de cruauté, la souveraine maléfique a longtemps traumatisé des générations d’enfants, de sa transformation cauchemardesque dans le film Disney à l’interprétation glaçante de Maribel Verdú dans Biancanieves. En marâtres retorses, Sigourney Weaver, Lana Parrilla, Claire Keim, Isabelle Huppert, Charlize Theron ou encore Julia Roberts ont depuis longtemps éclipsé leur belle-fille. Elle est l’archétype de la sournoiserie faite femme, usurpatrice de la légitimité maternelle, envieuse et manipulatrice, emblème de la concurrence entre l’ancienne génération et la nouvelle.

Pour sa dernière réécriture de conte en date, Nina Gorlier a choisi de se pencher sur cette figure iconique de l’antagoniste… Elle en tire une œuvre à mille lieues de ses récits précédents, se détache de son ton onirique habituel pour favoriser un roman à la veine historico-politique évidente, dense et terre à terre. Un cadre rationnel qui se joue jusque dans l’ambiance. Les contrées austères de Steinburg sont l’écrin parfait aux manœuvres gouvernementales et autres sournoiseries de cour. Le fantastique lui-même s’insinue par petites touches au sein de l’intrigue, tout en laissant planer le doute sur la nature surnaturelle des évènements – le fameux miroir en tête.

Dans cette atmosphère glaciale et rude, Le Reflet Brisé brille aussi par ses personnages ambigus. Les héroïnes de Nina Gorlier sont toujours mémorables et Kirsten ne fait pas exception. Elle s’impose de fait comme la protagoniste la plus trouble et la plus dérangeante de sa bibliographie !

Si Kirsten conserve toute l’intelligence, toute la roublardise de ses prédécesseuses, c’est une figure infiniment plus complexe que ses variations antérieures. En lui ôtant sa beauté, la romancière se focalise sur des désirs plus universels : la survie, l’élévation sociale, le pouvoir. Dépourvue de grâce, ce n’est pas tant une femme envieuse qu’une battante, prête à tout pour s’imposer dans un monde qui la rejette. Kirsten, c’est le jeu de pions au féminin, bien symbolisé par les multiples parties d’Hespérides (équivalent des échecs) auxquelles elle se plie avec son époux.

Au cœur d’un univers résolument patriarcal, elle est méprisée pour ce qu’elle est – ou plutôt pour ce qu’elle n’est pas, à savoir un modèle de charme et de douceur, passif et pur. Plus elle gravit les échelons, plus elle se trouve corrompue par sa soif de domination. Si son ascension est vertigineuse et force le respect, la souveraine paie sa grandeur au prix de son humanité. Elle commet les actes les plus répréhensibles, s’embourbe dans son avidité, écartant l’un après l’autre ses alliés, ceux qui ont compté, pour se focaliser sur un seul être : elle-même.

La prouesse de l’autrice est d’avoir su présenter une femme en permanence sur le fil. La finesse d’écriture la rend passionnante à suivre. Kirsten noue une relation amour-haine avec le lecteur, en empathie avec son parcours mais horrifié par ses agissements. Le but n’est jamais de l’excuser mais de la comprendre. Dès lors, le portrait du monstre s’étiole au profit du parcours complexe d’une survivante. A ce titre, l’un des chapitres les plus prenants repose sans doute sur les origines de Kirsten, véritable fable macabre où la créatrice renoue avec le lyrisme glauque de ses précédents ouvrages.

Face à elle, Blanche-Neige est devenue un homme, Weiss. Jeune premier à la beauté parfaite et pure, lui aussi va rapidement s’émanciper de son rôle de prince charmant. Kirsten et Weiss sont l’exact opposé d’une même pièce : l’une n’était prédestinée à aucun destin grandiose, l’autre avait déjà en mains toutes les cartes pour s’élever dans la vie. Dans les deux cas, ils iront à l’encontre de la voie qui leur était prédestinée. Tout comme Kai, le chasseur, il se montrera sous un jour nettement plus intéressant. A ce titre, aucun personnage n’est manichéen. Triangle principal aux antipodes de leurs rôles originaux mais riche en clins d’œil au conte des Grimm, leur évolution est captivante à découvrir. Elle l’est d’autant plus pour les questions que chacun permet d’aborder.

Le Reflet Brisé est la progéniture improbable des Frères Grimm et de Philippa Gregory, un mythe nimbé d’ambitions politiques, addictif et harassant. Toute en nuances, voici une fresque en clair-obscur, une réflexion magistrale sur le pouvoir et les sacrifices qu’un tel destin impose.

Alors, miroir maudit au mur, qui a pouvoir sans commune mesure ?


Le Reflet Brisé de Nina Gorlier, Editions Magic Mirror, 415 pages, 19€90.


  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram

Envie d'une escapade au Pays des Merveilles ?

Suivez le lapin blanc 🐰🐰🐰

Email