L’avis des libraires - 193ème chronique : Diptyque Brume d'Ange

17/11/2020

Brume d’Ange Deforest a toujours connu une existence singulière. Son prénom, bien sûr, mais aussi ses multiples déménagements et les traumatismes que son esprit a sciemment occultés.

Le jour où elle est agressée par une créature mystérieuse, son père décide de la confier à sa mère. La voilà de retour au sein de son village amérindien natal, dans les bois Idahoains.

La jeune fille apprend alors qu’une discorde sans merci oppose son clan, celui des Pattes-Blanches, au cruel Waka Sica, le chef des Ailes-Noires. Celui-ci veut s’approprier son Attribut, un pouvoir inné qui permet à Brume d’impacter les destins. Elle va devoir apprendre à maîtriser son don, se protéger et préserver ses proches.

La situation se complique encore lorsque son protecteur Pattes-Blanches Darren et Waban, un énigmatique Ailes-Noires renié par les siens, débarquent dans sa vie...


En cette période automnale, je vous emporte avec moi au cœur des grandes étendues sauvages, entre magie amérindienne, aventures adolescentes et animaux totems. La littérature Young Adult s’étant faite désirée sur le site depuis de longs mois, il est grand temps de remédier à cette absence. L’avis du jour porte donc sur le diptyque Brume d’Ange, signé par la féerique Laetitia Arnould.

A la lecture de ces deux tomes, une évidence s’impose : la romancière connaît très bien le genre et en manie donc les règles à la perfection. Les ouvrages fourmillent de références à la YA, à ses incontournables codes et ses thématiques fétiches. On y retrouve donc une jeune élue aux pouvoirs immenses, un triangle amoureux, une guerre entre deux partis rivaux, des créatures singulières… Sur ce point, rien de très surprenant mais Brume d’Ange a d’autres mérites.

Sa plume, pour commencer. L’histoire est transcendée par le style de Laetitia, par sa capacité à immerger son lectorat dans une intrigue dense et ses mondes si travaillés.

La culture amérindienne, avec ses mythes et ses traditions, offre un contexte novateur qu’il est très plaisant de découvrir. Comme la romancière nous l’avait confié lors de son interview, elle admire « l’animisme qui se dégage de cette culture et les messages qu’elle transmet depuis des générations ». Cet amour se ressent sur l’ensemble du diptyque, s’imposant sans conteste comme l’un de ses atouts majeurs.

Si l’intrigue se veut haletante, il se dégage de ce roman une impression de calme, d’harmonie, d’apaisement – une sensation semblable à celle ressentie par Brume lors de son arrivée. Les lieux qui éclosent sous les mots évoquent une terre paradisiaque et harmonieuse, il est possible de se figurer la beauté de Shoshone, ses lacs, ses forêts, d’entendre les hurlements des loups et les craquements des racines sous les pas. L’auteure prend le temps d’instaurer cette atmosphère spécifique, ses protagonistes, leurs rites, les coutumes, si bien que l’on s’invite petit à petit dans le quotidien des Pattes-Blanches.

Parfois trop parfaite ou lisse, l’héroïne défend néanmoins de jolies valeurs, telles que la famille, l’amitié, la conviction, le courage, la tolérance, le pacifisme, le respect de la nature et de sa faune. De même, son histoire d’amour est joliment amenée, ni forcée ni superflue.

Le personnage de Waban est aussi très réussi : sous son approche légère et affable, c’est un adolescent grave, profondément meurtri. Il sait faire preuve d’humour comme de sérieux, composant avec Brume un tandem complémentaire, à l’alchimie palpable.

L’ensemble a beau être quelque peu prévisible et recourir à certaines facilités scénaristiques, l’univers de Brume d’Ange n’en demeure pas moins plaisant. Entre les rebondissements constants, l’ambiance mystique, l’aura sylvestre et le trio principal solide, l’équilibre entre les poncifs inhérents au genre et les parti-pris originaux de Laetitia se fait tout naturellement. La trame est pensée pour être addictive, ce qu’elle est sans aucun doute.

Si je ne suis clairement pas le public cible, je sais d’avance que ce diptyque saura séduire les jeunes lecteurs romantiques, épris de péripéties et de sortilèges. Une belle escapade dans une Amérique aussi idyllique que magique.

© Laetitia Arnould

Diptyque Brume d'Ange de Laetitia Arnould, paru aux Editions Lansdalls. Tome 1, Nos totems ennemis, 294 pages, 15€80. Tome 2, Nos attrapes-rêves, 384 pages, 16€. A partir de 12 ans.

 

Article paru dans le Pays Briard le 17/11/2020

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 190ème chronique : Le Carrousel Infernal

24/10/2020

1/10
Please reload