L’avis des libraires - 181ème chronique : Le chat du kimono

18/08/2020

L'avis des libraires : 181ème chronique

Le chat du kimono de Nancy Peña

Une fable gothique nippo-victorienne

Une riche héritière inaccessible, un tisseur maladivement amoureux, un magnifique kimono magique orné de chats, un événement violent à l'issue tragique... Notre histoire commence ici, sur les traces d'un félin qui déserta l'étoffe et, de siècle en siècle, se mit à voyager de par le monde.

 

Treize ans après sa sortie, Le Chat du Kimono s'offre une nouvelle vie dans une sublime réédition reliée. De quoi nous (re)plonger dans ces pérégrinations félines orchestrées avec maestria par l'artiste Nancy Peña.

Comme toujours avec la créatrice, nous sommes ici à la croisée des genres : sur fond de mythes nippons s'entremêlent les œuvres emblématiques de la culture européenne - les romans de Lewis Carrol et Arthur Conan Doyle, les peintures de Bonnard et Steinlen... Les genres défilent sous les coussinets du nébuleux félin, sautant du conte à l'enquête policière, du drame personnel à la critique sociétale, du fantastique à l'épouvante, du pastiche théâtral au délire surréaliste. Le tout reflète une atmosphère incomparable, résolument étrange, parfois spleeneuse, parfois badine, tantôt cruelle, tantôt sensuelle, toujours poétique. Pour ne rien gâcher, la plume est également savoureuse et offre son lot de répliques marquantes.

Sur la forme, le style très reconnaissable de Peña s'illustre en noir et blanc, emprunte tant à l'Art Nouveau qu'aux estampes japonaises. De nombreuses planches s'érigent en tableaux, sublimées par la présence aléatoire de touches rouges, principalement celles du kimono - seul élément coloré de l'ouvrage.

Si le récit peut sembler décousu, alternant des personnages à priori inconciliables (un marin mélancolique, un célèbre détective et son adjoint, une petite fille trop curieuse, une épouse délaissée), il existe pourtant un fil conducteur : le chat.

Désobéissant, tentateur, effrayant, distrayant, salvateur ou bienveillant, ce matou matois fait office de guide pour le lecteur comme pour les protagonistes. Ensorcelant camarade de lecture, il traverse les âges et les continents, se pique des affaires humaines, s'incarne en Cheshire Cat ou en félin de cabaret montmartrois, joue les compagnons éphémères lors de rencontres passagères... Le tout sans paraître inquiété le moins du monde, dédié à une seule tâche - la quête de son kimono natal.

L'évidence est là : non seulement l'ensemble est une merveille visuelle mais il s'avère en plus maîtrisé de bout en bout. Le Chat du Kimono est un véritable roman graphique au sens le plus noble du terme. Une fable gothique classieuse, où l'Angleterre victorienne regorge de curiosités, où les toilettes asiatiques n'ont pas fini de dévoiler tous leurs secrets, où l'on croise Mr Holmes en personne et une certaine Alice, où l'on se perd entre le vieux continent et les légendes nippones, obnubilé par un chat-mystère.

Il y a sans conteste de la singularité, de l'onirisme et beaucoup de magie dans cette bande-dessinée signée Nancy Peña. A défaut d'un lapin blanc, c'est un chat noir que nous suivons de scénette en scénette, comme tant d'invitations à la divagation. Magistral et unique.

~ La Galerie des Citations ~

 

« Chat dépravé, tu rampes auprès de ton homoncule de maître au milieu des catins et des gens de bordel !

- Minet petit bourgeois, retourne ronfler dans tes ateliers et tes jardins, aux molles pantoufles de ton maître !

- Je suis le chat blanc de Bonnard !

- Je suis le chat noir de Lautrec ! »

~ p 63-64 / Joute verbale entre félins

Article paru dans le Pays Briard le 11.08.2020.

 

Le chat du kimono de Nancy Peña aux Éditions La Boîte à Bulles. 104 pages. 19€

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 190ème chronique : Le Carrousel Infernal

24/10/2020

1/10
Please reload