L’avis des libraires - 170ème chronique : Première - 40 ans de cinéma

24/04/2020

L’avis des libraires - 170ème chronique

Première - 40 ans de cinéma

sous la direction de Jean-Philippe Guerand
Retour(s) sur un magazine incontournable

A l'occasion de sa quarante-deuxième bougie, le magazine Première s'offre un superbe cadeau : un ouvrage collector retraçant tout son parcours avec ses interviews emblématiques, les films préférés de sa rédaction ou encore ses reportages sur les lieux tournages, le tout avec des photos exclusives...

 

La semaine dernière, je vous présentais 1001 films à voir avant de mourirl'un de mes ouvrages fétiches sur le 7ème Art.

Toutefois, il y a un autre pan de cette culture cinéphile que j'ai omis d'exposer : la presse ! Dès le collège, j'ai en effet commencé à lire toutes les revues spécialisées qui me passaient sous la main, à savoir Télérama, L'Ecran Fantastique, Studio, Ciné Live et Première. J'ai grandi avec eux, forgé mon regard par la plume (parfois acérée) de leurs chroniqueurs, fait de merveilleuses découvertes via leurs conseils, me suis souvent insurgée contre leurs avis...C'était une façon simple et financièrement accessible de confronter mon esprit critique à d'autres, de découvrir des longs-métrages qui ne passaient pas dans mon patelin et de me familiariser, doucement mais sûrement, au jargon technique.

Les choses ont bien évolué à présent. La prétention de Télérama a eu raison de mon intérêt. Studio et Ciné Live (qui avaient fusionné en 2009) n'existent plus. L'Ecran Fantastique teste une nouvelle formule qui ma foi est plutôt réussie - en tant qu'amoureuse du cinéma de genre, je ne peux qu'adhérer à leur concept que j'espère voir prospérer encore longtemps. Première, quant à lui, continue de paraître, bon gré malgré, en restant fidèle au contenu qu'il a toujours produit : de la vulgarisation grand public, des interviews bienveillantes et des dossiers complets, sans snobisme latent...

En 2018, le magazine lancé par Jean-Pierre Frimbois et Marc Esposito a d'ailleurs réservé une belle surprise à ses lecteurs : un ouvrage collector retraçant ses quarante-deux ans d'existence. Et c’est donc ce cadeau, adressé aux fans de Première et aux afficionados des salles obscures d’une façon plus générale, que je souhaite évoquer avec vous.

Le livre en lui-même est une splendeur. Bijou cartonné à la couverture toute en dorure, au papier hautement qualitatif, à la mise en page minutieuse et au contenu très détaillé, il reprend des portraits d’acteurs, documents d’époque, images tirées des tournages, fac-similés… C’est avec bonheur que l’on retrouve les deux qualités intrinsèques de Première : son absence d’élitisme et sa volonté farouche d’abolir les frontières, de rappeler que l’invention des frères Lumière, fusse-t-elle française, se décline à l’échelle mondiale. Cinéma d’auteur ou populaire, stars de blockbusters ou représentants de la vague indé, sans distinction de nationalité, de genre, d’orientation sexuelle, d’âge ou de renommée, Première a contribué à populariser le 7ème Art à son sens le plus large. Il a ainsi été l’un des précurseurs à soutenir le phénomène Star Wars, alors méjugé par les professionnels ; à consacrer des articles complets aux nouveaux venus qu’étaient Coppola, Almodovar et Soderbergh ; ou à dédier un dossier des plus denses à l’incroyable Wong Kar-wai, juste avant la consécration d’In the Mood for Love.

Le recueil se divise en six grandes catégories, chacune correspondant à une époque spécifique : Naissance d’une passion, Le règne des stars, Changement d’époque, Les coudées franches, Glamour à mort et Changement d’ère. La preuve en images – et en dates – que le cinéma n’est pas figé mais bel et bien en perpétuelle évolution, pour le meilleur comme le pire, qu’il s’agisse d’innovations scénaristiques ou techniques, de volontés artistiques ou d’obligations pécuniaires. Il se transforme, constamment ; le regard des spectateurs et l’œil de la presse spécialisée évoluent avec lui.

On note, jusqu’au sacre du Glamour en milieu des années 2000, l’absence de langue de bois des artistes, la liberté des questions, loin du politiquement correct – le franc-parler de Delon, de Funès ou encore Depardieu sont mis à l’honneur, la conversation avec Tarantino débouche sur des idées plus que problématiques sans censure, Sophie Marceau polémique sur son réalisateur sans s’inquiéter outre mesure, Uma Thurman avoue librement son soulagement à l’idée de quitter la combinaison jaune de Kill Bill et les souffrances accompagnant le rôle de la Mariée…

Entre deux, on remarque aussi la prolifération des publicités, intercalées entre les articles, nuisances visuelles pourtant nécessaires à la pérennité.

La sélection permet de comprendre les profondes mutations vécues par le 7ème Art, de suivre les bouleversements qui ont abouti à son paysage actuel. Se faisant, cette chronologie questionne également notre rapport, notre perception, notre lien avec les longs-métrages et les génies qui œuvrent à les faire vivre. (Re)découvrir ces rubriques, c’est un peu comme visiter un musée à la fois ludique et captivant, en compagnie de guides à la ferveur communicative ; c’est s’arrêter devant une toile de son choix, réfléchir à sa signification, entrevoir l’avenir par le passé…

Reste que l’on peut légitimement déplorer l’absence de Marc Esposito et Jean-Pierre Lavoignat, deux membres emblématiques de la rédaction qui ont, pour raison X, refusé toute reproduction de leurs articles…

Depuis sa création, en 1976, Première était et reste l’une des figures de proue de la culture cinéphile. Il le démontre avec cette rétrospective critique, passionnée, représentative non seulement de l’Histoire du cinéma mais également du parcours du journal lui-même… Un peu de nostalgie, de nombreuses curiosités, beaucoup de lucidité aussi. Une magnifique double déclaration d’amour, adressée à ce média quarantenaire et à cet immense art total. Instructif et indispensable, donc.

Les 17 articles que j'ai adoré (re)découvrir :

  1. Octobre 1977 n°10 : gros plan - La Guerre des Etoiles (Première, supporter de la première heure de la saga space opera)

  2. Octobre 1978 n°22 : dossier - sur le plateau de Tess de Roman Polanski avec Nastassja Kinski (informations sur le tournage en France)

  3. Janvier 1979 n°24 : interview - Louis de Funès (l'après Le gendarme et les extraterrestres)

  4. Septembre 1982 n°66 : interview - Blade Runner, Harrison Ford et Ridley Scott racontent (retours des créateurs du film de SF emblématique des 80's)

  5. Mars 1984 n°84 : interview - Coppola, d'un film à l'autre (Outsiders, Rusty James, Cotton Club et les projets à suivre)

  6. Décembre 1985 n°105 : dossier - sur le tournage de 37,2° le matin, le nouveau film de Jean-Jacques Beineix (sur le plateau d'une bombe sensuelle et spirituelle)

  7. Juin 1989 n°147 : portrait - Steven Soderbergh (retours sur le prodige auréolé, à 26 ans, de la Palme d'Or pour son tout premier film Sexe, mensonges et vidéo)

  8. Octobre 1990 n°163 : article - Hollywood, la chute des femmes (Meryl Streep tire la sonnette d'alarme, décidément toujours en avance sur son temps)

  9. Juillet 1993 n°196 : interview - Sophie Marceau, la belle nature (son opposition face au réalisateur et son rôle éponyme dans Fanfan)

  10. Mars 1999 n°264 : interview - Fabrice Luchini, vous n'en avez pas marre ? (esprit truculent en perspective)

  11. Janvier 2000 n°275 : interview - John Lasseter, immensément cool ! (rencontre avec le génial créateur des Studios Pixar à l'époque de Toy Story 2)

  12. Novembre 2000 n°284 : interview - Wong Kai-Wai, Kar-Wai Ok (le réalisateur s'exprime sur son prochain film, le chef-d'oeuvre In the mood for love)

  13. HS 2001 n°298 : interview - Le voyage de Peter Jackson (sur les pas du Seigneur des Anneaux)

  14. Janvier 2005 n°335 : interview - DiCaprio, le ciel est à lui  (l'élévation de l'acteur par Aviator)

  15. Mai 2007 n°363 : interview croisée - Christophe Honoré & Alex Baupain, L'amour en chanté (propos à quatre mains pour le merveilleux Chansons d'amour)

  16. Octobre 2009 n°392 : flash back - Comment l'idée vint à Forman (retours sur ses films cultes Vol au-dessus d'un nid de coucou, Hair, Amadeus, Larry Flynt et Ragtime)

  17. Novembre 2015 n°465 : rencontre - Portman of the Year (Natalie Portman sur tous les fronts en 2015 : à la fois tête d'affiche pour Malick, productrice-actrice sur Jane got a Gun et réalisatrice d'Une histoire d'amour et de ténèbres... Le tout alors que Star Wars VII, attendu en salles, se profile à l'horizon, la ramenant à Padmé Amidala)

 

Première - 40 ans de cinéma sous la direction de Jean-Philippe Guerand, paru aux Éditions Hors Collection, 336 pages, 32€.

 

Article paru en version écourtée dans le Pays Briard le 24.04.2020

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

Digressions, non-dits & qu’en-dira-t-on #10 : Quand l'adaptation dépasse le livre...

25/03/2020

1/10
Please reload