Bonne résolution livresque n°21 : Tenter les romances de Noël pour les fêtes !

17/12/2019

Bonne résolution livresque n°21

Tenter les romances de Noël

pour les fêtes !

Comme j'adore m'auto-citer, je déclare sans préambule que oui, cet article est plus ou moins la suite de la Bonne résolution livresque n°11 : Assumer son côté romantique.

Dix chroniques tout pile plus tard, je reviens à l'assaut des histoires d'A en mettant (momentanément) mon cynisme et mon handicap sentimental en veilleuse pour me pencher sur un sous-genre de la romance : la comédie romantique de Noël. Oui, oui, exactement comme ces téléfilms moisis qui inondent vos écrans de novembre à janvier, pour vous rappeler à quel point être célibataire au réveillon, ça craint et qu'il faut donc à tout prix vous trouver un cheum d'ici là. Ah ah. #balancetapropagandedecouple

Bref, pas de mauvais esprit à foison, ni de grimaces dégoûtées face aux déclarations guimauves. Je laisse mes tendances de Grinch au placard temporairement pour tenter de m’immerger, avec toute la bonne foi du monde, dans 3 romances de Noël qui, a priori, devraient vous faire digérer la dinde aux hormones - ou pas.

Munissez vous d'un plaid, d'une boisson chaude, d'une délicieuse fournée de petits gâteaux à la cannelle et on est parti !

1/3

 

🌹 L'oeuvre : Et il a neigé sur le Fjord de Laetitia Arnould / Editions Gloriana / 360 pages / 17€50.

💖 Le couple : Léo et Svein

💏 Leur genre : multiculturel - une française un peu paumée dans sa vie professionnelle et personnelle tombe par hasard sur un canon blond typiquement nordique.

☃️Et en gros, ça parle de quoi ? Fraîchement renvoyée à quelques semaines du réveillon, Léo s'embarque sur un coup de tête en  direction de la Finlande pour jouer les lutins du Père Noël. En théorie, un job de rêve. En pratique, la jeune femme se retrouve débarquée en Norvège à la suite d'une violente tempête. Résultat : elle se trouve coincée dans un pays qu'elle ne connaît pas, dont elle ne maîtrise pas la langue, seule et un poil flippée. C'est alors qu'elle fait la connaissance de Svein, lequel propose de l'héberger à Drøbak, une petite ville avec vue sur le fjord. 

👍Pourquoi on adhère ? Certes, la romance reste plutôt classique dans ses thématiques - une jeune femme insatisfaite, un homme charmant, le couple aux antipodes, LE cliché du malentendu, le happy-end ultime attendu dans ce type de littérature, etc...

Pourtant, Et il a neigé sur le fjord se distingue sur de nombreux points. Cette histoire toute simple, toute jolie, doit beaucoup à la plume de Laetitia Arnould, dont j'ai déjà vanté par trois fois les mérites. Bien qu'elle s'attarde ici sur un univers contemporain, son style garde toute sa finesse et son vocabulaire, toute sa richesse. Son roman est  une formidable invitation au voyage, à sortir de sa zone de confort, à tendre la main au gré du hasard ; c'est un récit sensoriel, teinté de magie et de tendresse, où la Norvège apparaît aussi solaire que radieuse, se dévoile à travers les pages dans sa simplicité glacée pourtant si chaleureuse. L'immersion est totale et l'auteure accorde un soin particulier aux coutumes locales, à ses merveilles gastronomiques, à la beauté de ses paysages. On voit défiler, de mots en mots, la grandeur immaculée de ces contrées nordiques ; on devine le charme des habitations, la beauté du village de Noël saupoudré de flocons et la neige qui crisse sous les pas ; on s'émerveille avec notre héroïne devant les stupéfiantes aurores boréales venues surplomber le fleuve ; on perçoit sur sa langue le parfum suave du kransekake, cette improbable pyramide aux amandes...

Enfin, on quitte Et il a neigé sur le fjord avec l'envie irrésistible de plier bagage pour Drøbak et de succomber, nous aussi, au charme norvégien. Une histoire réconfortante qui se déguste d'une traite, comme un chocolat chaud par une journée hivernale.

✨La citation follement forelsket (sentiment amoureux puissant sans équivalence française) : « Une fine bande blanche et verte se détache au-dessus du fjord. Elle s'intensifie progressivement, puis une ligne rose apparaît sur le bord. Comme dans un songe, elle se met à danser et bientôt, c'est le ciel tout entier qui entre en mouvement. En forme de vagues, les traînées vertes, aussi légères que de la mousseline, s'étirent et ondulent, pour dévorer l'obscurité du ciel avec une avidité ardente. Elles semblent tissées dans une matière méconnue, qui n'a pu naître qu'au pays des rêves. »

 Cette romance est une lecture commune avec la

super Crocbooks que vous pouvez retrouver ici ❄️

 

🌹 L'oeuvre : Laisse tomber la neige ! de Cécile Chomin / Editions Lj / 318 pages / 12€90.

💖 Le couple : Claire et Hugo

👰/😣 Leur genre : Mariée larguée hystérique vs montagnard grincheux cynique

❄️ Et en gros, ça parle de quoi ? C'était supposé être le plus beau jour de sa vie, entre le mariage façon conte de fée et la nuit de noces enfiévrée en Australie. Seulement voilà : son fiancé a eu la joyeuse idée de la planter le jour J ! Face à la tragédie, une seule réaction sensée... La fuite ! De déboires en déboires, Claire s'égare en pleine montagne avec pour unique sauveur un autochtone tendance ours mal léché.

👍Pourquoi on adhère ? Prix Babelio 2019, Laisse tomber la neige ! se présentait comme la lecture idéale de ces temps hivernaux. Ce fut le cas - au delà des espérances. Il y a quelque chose d'irrésistible dans le livre de Cécile Chomin : le rythme enlevé, l'alchimie entre ses héros, les joutes verbales hilarantes, la bonne humeur communicative... Le ton, s'il est souvent caustique, laisse parfois la place à des moments d'émotions bienvenus, plus intimistes et sérieux mais sans tire-larme inutile ni déclaration grandiloquente. Aucun des héros n'est passif et tous les personnages, même les plus secondaires, sont relativement attachants.

Si la trame reste relativement prévisible et simple, l'intrigue s’élève par la plume de sa romancière, spirituelle et pétillante, et ses deux protagonistes principaux. Claire et Hugo sont très intéressants à suivre. Rapidement, les lecteurs se lient d'affection pour eux et ambitionnent de les voir (enfin !) ensemble, suivant avec plaisir le chemin tortueux emprunté par ces deux êtres radicalement opposés pour y parvenir. Et si les contraires s'attirent, la collision de ces caractères diamétralement différents ne se fait pas sans heurt... Claire et Hugo sont à la fois dans la confrontation, la séduction et l'entraide, s'apprivoisent mutuellement, laissent à chacun l'occasion de découvrir les facettes les plus intimes de l'autre... Leur évolution est constante et cohérente - tous deux traversent une passe difficile et renâclent à entamer une relation sérieuse, ce qui est largement compréhensible. On apprécie d'ailleurs le fait que l'auteure ne condamne pas les mœurs coquines des personnages, offrant quelques scènes plutôt torrides façon grand nord, entre chalet perdu dans la neige et corps enfiévrés ! Au fil des chapitres, ils exposent une symbiose piquante qui doit beaucoup à leur verve explosive, leur nature combative et leur appétence sensorielle inassouvissable... L'alternance des points de vue est très bien exploitée et la vivacité des réflexions, doublée d'un sacré sens de la répartie, est absolument jouissive.

Décomplexée, drôle et un poil débauchée, cette romance de Noël casse les codes et prend plaisir à pimenter l'esprit un peu trop sage des fêtes. De quoi envisager quelques cadeaux débridés sous le sapin...

🌵 La citation qui s’y frotte s’y pique :

« Alors écoutez-moi bien, macho, ici, c'est pas La petite maison dans la prairie. Vous ne faites pas le coq en recevant des invités pendant que bobonne est en cuisine et s'occupe de tout. Je suis votre cuisinière, ce qui fait de vous le commis de cuisine. Vous faites le service, vous débarrassez et surtout, vous faites semblant d'être intéressé par ce repas!

- Mais... Oui, bien sûr. Il suffisait de le dire.

- C'est bien ça le problème ! Il faut toujours tout vous dire, à vous, les hommes !

- C'est super sexiste, ça.

- Non. Par contre, vous faire remarquer que je parle et qu'en même temps je cuisine alors que vous, vous écoutez sans bouger, là c'est sexiste. Encore une preuve que la théorie est vraie : les hommes sont incapables de faire deux choses à la fois. »

 

🌹 L'oeuvre : Un jour en décembre de Josie Silver / Editions Charleston / 480 pages / 22€50.

💖 Le couple : Laurie & Jack

😒  Leur genre : têtes à claques consternantes

🚌 Et en gros, ça parle de quoi ? Lorsqu'elle croise le regard d'un inconnu à l'arrêt de bus, Laurie est sûre d'avoir aperçu l'homme de sa vie. Après un an de vaines recherches pour le retrouver, elle décide de tirer un trait sur lui. Jusqu'au jour où elle le rencontre de nouveau : il s'appelle Jack... Et c'est le nouveau compagnon de sa meilleure amie, Sarah !

👎 Pourquoi on déteste ? Comment évoquer en toute honnêteté un roman qui est non seulement un service presse mais est en plus lié à une maison que l'on adore ? Eh bien, disons que c'est comme arracher une bande de cire lors d'une épilation du bikini : rapide et désagréable, avec l'envie de lâcher tous les jurons disponibles dans son vocabulaire.

J'apprécie d'ordinaire la ligne éditoriale Charleston (la preuve ici, ici, ici ou ) et je sais qu'Un jour en décembre a remporté un vif succès. Pourtant, c'est sans conteste l'une des pires romances que j'ai eu l'occasion de lire.

Dès le prologue, on a droit au coup de foudre bien mielleux avec baiser envoyé à la clef, celui qui va faire battre les petits cœurs tendres de Jack et Laurie. Vous trouvez ça romantique ? A mon sens,  c'est la paresse scénaristique poussée à son paroxysme pour éviter aux créateurs trop fainéants de développer de façon potable l'attirance entre deux protagonistes. La pire invention du cinéma, des séries et de la littérature réunis.

Mais le calvaire ne s'arrête pas là puisque l'intrigue traîne sur 500 pages pour aboutir à une conclusion prévisible à souhait ; il y a des longueurs à n'en plus finir, beaucoup de mélo, du pathos à outrance... A l'occasion, cette bluette britannique s'avère aussi insultante et sexiste, tant pour l'image de la femme que celle de l'homme - je suppose que c'est aussi les inconvénients de la parité. Au demeurant, le tout se prend beaucoup trop au sérieux pour ce qu'il veut raconter.

Mais le point noir ultime de cette romance malaisante au possible, c'est son couple principal. Laurie, c'est la godiche qui s'amourache sur un regard d'un total inconnu et déblatère des monologues niaiseux au bout de quelques chapitres, entretenant une fixette douteuse sur le mec de sa meilleure amie - si on avait été dans un thriller, je gage que son obsession aurait viré à la psychose et que la tête de Jack se serait retrouvée dans le frigo ! Mais bon, elle est "gentille" (ou totalement cruche, à vous de voir) et jolie, avec des iris violets à la Elizabeth Taylor - elle ne pouvait pas avoir un physique lambda, pensez-vous. Quant à Jack, c'est la future star de radio en devenir, le bellâtre macho mais pas trop, beau mais pas trop - enfin soi-disant, parce qu'il séduit toutes les femmes dans un battement de cils alors qu'il est imbuvable durant TOUTE L'INTRIGUE ! Odieux, méchant, donneur de leçons et bien entendu présenté comme le prince charmant faussement ténébreux auquel la plupart des personnages féminins ne peuvent résister et qui lui pardonnent systématiquement tous ses coups bas - ah quel drame d'être le sexe faible...

Pourtant, autour de ces deux êtres absolument révoltants de fadeur et d'égocentrisme, gravitent plusieurs protagonistes très sympathiques qui auraient largement mérités que l'on s'attarde sur eux : Sarah pour commencer (Laurie est indigne d'avoir une meilleure amie aussi brillante, drôle et charmante et Jack n'aurait jamais dû pouvoir prétendre au poste de petit ami durant trois longues années) ; Amanda ensuite, une jeune actrice pleine de fougue qui s'éprend de notre goujat n°1 ; et Oscar enfin, dont on attendait davantage que ce rôle de jeune loup de la finance aux ambitions un peu trop longues pour notre naïve héroïne.

Alors non, ce n'est certainement pas l'équivalent littéraire de Love Actually mais plutôt le combo désastreux entre Les Feux de l'amour et les téléfilms Hallmark. Josie Silver n'est définitivement pas David Nicholls. Un nanar guimauve de premier ordre qui devrait faire le bonheur des sempiternelles fleurs bleues et passer définitivement aux autres l'envie de se bécoter sous les flocons...

💔 La citation du seul personnage intéressant du bouquin : « Presque parfait, ça suffit pour la plupart des gens. Le monde est peuplé de couples presque parfaits. » ~ Sarah où la perfection incarnée.

Et comme Sarah est une rousse volcanique

trop cool, évidement, je l'associe direct

à la divine Emma Stone...

 

Vous l'aurez compris, le sous-genre est prolifique et il y en a vraiment pour tous les goûts. A vous de choisir selon vos centres d'intérêts et vos amours littéraires : dépaysement nordique avec Laetitia Arnould, rentre-dedans torride et désopilant avec Cécile Chomin ou grande fresque à l'eau de rose avec Josie Silver. Personnellement, je suis ravie de m'être laissée tentée par ces couples enlacés au cœur de la valse des flocons - oui même lorsque ça ne m'a plu. J'adore râler donc... 

Evidemment, j'aurai aussi pu évoquer (beaucoup) d'autres ouvrages. Des livres qui m'ont véritablement séduite (Comment ne pas faire pitié à Noël quand on est célibataire), d'autres qui m'ont sacrément refroidie (Ceci n'est pas qu'une comédie romantique), ceux que je n'ai pas eu le temps de lire malgré mon enthousiasme, comme le diptyque Léna de Clarisse Sabard...

Mais honnêtement, je frôle l'overdose de romances enneigées et j'estime que deux réussites sur trois, c'est déjà un très bon score !

Sur ce, j'espère que vous passerez un merveilleux Noël avec ceux qui vous sont chers mais surtout, je vous souhaite, comme le dirait si bien Christian dans Moulin Rouge !, « d'être aimé et de l'être en retour. »

Et oui je finis encore sur Ewan McGregor...

Un problème ?

La playlist parfaite pour vos lectures au coin du sapin

  • All I Want for Christmas - Olivia Olson

  • Carol of the Bells - Celtic Thunder

  • Jingle Bell Rock - Park Bo-Gum & Irène

  • Last Christmas - Wham !

  • Let it Snow - IU & K-Will

  • Rockin' Around the Christmas Tree - Jessie J

  • The Spirit of Christmas Past - Enya

  • Things we Loved from Yesterday - Ian Rae

  • What's This ? - Danny Elfman

  • You're a Mean One, Mr Grinch - Lindsey Stirling & Sabrina Carpenter

La filmographie idéale pour prolonger

l’esprit de Noël

  •  Chroniques de Noël - Clay Kaytis

  • Cinq Légendes (Les) -  Peter Ramsey

  • Die Hard - John McTiernan

  • Edward aux mains d'argent - Tim Burton

  • Étrange Noël de Monsieur Jack (L') - Henry Selick

  • Grinch (Le) - Ron Howard / Grinch (Le) - Yarrow Cheney & Scott Mosier

  • Holiday (The) - Nancy Meyers

  • Jour sans fin (Un) - Harold Ramis

  • Journal de Bridget Jones (Le) - Sharon Maguire

  • Love Actually - Richard Curtis

  • Monde de Narnia : Le Lion, la Sorcière blanche et l'Armoire magique (Le) - Andrew Adamson 

  • Noelle - Marc Lawrence

  • Serendipity - Peter Chelsom

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 178ème chronique : Labyrinthe

17/07/2020

1/10
Please reload