Digressions, non-dits & qu’en-dira-t-on #5 : Ces magazines qui me fascinent

01/03/2018

Digressions, non-dits & qu’en-dira-t-on #5 :

Ces magazines qui me fascinent

(OK, le titre est exagéré mais c'est pour le plaisir de rimer)

 

Oui, je sais.

Je suis la première à râler contre l'omniprésence de la presse dans ma librairie, les conditions infectes imposées par le diffuseur, l'exploitation des pigistes, les couvertures glauques dénuées de tous scrupules dans le seul but de vendre en jouant sur les tendances déviantes de l'Humain (bonjour Le nouveau détective !)...

J'avoue me retrouver rarement dans les journaux actuels, qu'il s'agisse de l'éthique ou de la culture. J'ai souvent cette sensation de malaise en fixant mon étalage presse, celle qui me pousse à croire que les ventes passent avant la qualité et qu'il vaut mieux sortir la Une racoleuse et les articles bourrés de faute plutôt que de laisser passer une occasion de faire du chiffre. #moneymoneymoney

Toutefois, d'aussi loin qu'il m'en souvienne, il y a toujours eu un magazine adapté à mon âge qui traînait à la maison : Popi, Wakou, Les Petites Sorcières, Le Petit Quotidien, J'aime Lire, Mon Quotidien, W.I.T.C.H Mag (que je lisais plus pour la BD que pour les rubriques très limitées mais passons), ONE - et j'en oublie sûrement beaucoup.

C'était une tradition de découvrir au milieu du courrier un magazine, de s'y pencher, de le décortiquer en famille - un rituel qui a naturellement évolué en débats culturels et politico-sociaux lorsque les journaux ont cédé leurs places à l'appli Actualités de nos téléphones respectifs.

Via les magazines, il y a toujours eu cette dimension de lien et de partage, de découverte et d'enrichissement, de culture et de discussion.

 *Perso, dans WITCH j'adorais Orube, qui était pour moi la classe incarnée : 

une guerrière indépendante, féline et cynique qui allait vivre

l'histoire d'amour la plus tragique et ambiguë de la série avec Cédric*

 

Bref, merci maman, merci papa, mais le magazine fait partie intégrante de ma vie de lectrice, que je le veuille ou non !

Et c'est vrai qu'il y a un côté addictif à découvrir, chaque mois, une nouvelle couverture, un nouveau thème lié à l'actualité, de nouveaux articles... Vous vous en doutez (et heureusement sinon le contraire serait triste pour vous comme pour moi !) mais mes goûts ont légèrement évolués en l'espace de 24 ans.

Voici donc les quatre magazines que je continue à découvrir assidûment à chaque sortie :

 

Le magazine : Néon

ça parle de quoi ? euh...

ça sort quand ? Tous les mois

Pourquoi on adhère ? Ah Néon... Comment qualifier ce mag tout bonnement indéfinissable ? Néon, c'est un mix improbable, décomplexé, qui aborde tous les sujets possibles et imaginables - même inimaginables en fait, car ils ont à leur actif deux chroniques totalement barrées Klaire fait grrrr et Les savoirs inutiles. A titre personnel, j'aime aussi beaucoup l'Interview Texto.

Pour ne pas en dévoiler trop car il mérite indéniablement d'être lu et relu, Néon parle sexe, société, culture, art... Des sujets sérieux mais sans prise de tête et avec une forme toujours très soignée. Le ton est volontiers libre et souvent drôle. La rédac raffole des sujets sensibles et tabous qu'elle traite à fond, avec respect et humour. Loin du politiquement correct, elle est une alternative déjantée aux magazines traditionnels.

Ce parti-pris ne plaira certes pas à tout le monde mais m'a séduite dès que je suis tombée sur leur Une de l'époque. Cette dernière élaborait fièrement en couleur flashy Et si on faisait (enfin) ce qu'on aime ? - question pertinente ma foi et qui tombe à pique pour notre génération d'éternels indécis. Entre temps, il y a eu des titres légèrement plus frappants, comme Quoi mon corps ?! qui montrait un abricot en string et a marqué mon addiction définitive à Néon... Oui j'aime les fruits, que voulez-vous !

Bref Néon, c'est un exercice de style terriblement casse-gueule mais génialement réussi !

 


Le magazine : Première

ça parle de quoi ? Cinéma (pour l'essentiel), séries (un peu)

ça sort quand ? Tous les mois

Pourquoi on adhère ? Lorsque j'ai commencé à m'intéresser au cinéma (disons à m'y intéresser sérieusement) et que les articles centrés sur les films pour ados et les starlettes de l'époque ne m'ont plus suffit, j'ai découvert 3 magazines primordiaux : Première, Studio et Ciné Live.

Studio et Ciné Live ont fusionné par la suite pour devenir Studio Ciné Live avant de s'arrêter définitivement en janvier 2018 (et oui, autant vous dire que je l'ai plutôt mauvaise sur ce coup-là !).

J'ai eu la chance de découvrir les premiers magazines du genre avec le DVD de bandes-annonces inclus. J'adorais ça, j'adorais découvrir des films indés dont je n'aurai probablement jamais entendu parler depuis ma cambrousse et avec un débit internet désastreux.

Je me rappelle encore mon émoi en découvrant la BA de longs-métrages singuliers tels que Le labyrinthe de Pan, Tideland, L'Ami de la famille ou Dreamland. Ce trio de magazines à participer à mon amour du cinéma, à développer mon esprit critique et mon envie de partager mon ressenti.

Et je n'ai jamais réellement décroché, alternant des phases de frénésie accrues qui se soldaient par un abonnement annuel à un relâchement passager de quelques mois qui me détournait du cinéma en général.

J'aime Première et j'aimais Studio Ciné Live parce qu'ils ne tombent jamais dans le snobisme latent, qu'ils font de la vulgarisation grand public, que les interviews sont toujours bienveillantes et les dossiers complets...

Leurs hors-séries sont aussi très instructifs, y compris sur les sujets que l'on croit maîtriser sur le bout des doigts.

Première, c'est de la cinéphilie sympa et accessible, ce qui est toujours bon à prendre.


 

Le magazine : L'Ecran Fantastique

ça parle de quoi ? Cinéma, séries et culture orientée vers le surnaturel (Fantastique, fantasy, SF, horreur et tous leurs dérivés)

ça sort quand ? Tous les mois

Pourquoi on adhère ? Ce magazine est pour moi le prolongement direct de ma relation avec Première / Studio Ciné Live et de ma cinéphilie.

J'adore tout ce qui touche de près ou de loin à la fantasy et au fantastique, en littérature comme au cinéma.

Héritage paternel oblige, je me suis donc retrouvée très tôt avec un exemplaire dans les mains, même si certains dossiers étaient loin d'être adaptés à mon âge !

Force est de constater que le cinéma de l'imaginaire peine encore à être pris au sérieux dans bon nombre de journaux - spécialisés au non d'ailleurs. L'Ecran Fantastique, lui, traite essentiellement de ce genre et le fait bien ! Le magazine en lui-même est magnifique mais il est en plus très complet - Europe, Asie, Amérique... La rédac fouille en profondeur pour dégoter des films ou des projets méconnus ayant trait au genre et je ne compte plus les chefs d'oeuvre que j'ai découvert grâce à elle.

Quand on sait qu'à l'origine, l'EF était un simple fanzine en noir et blanc, le fait qu'il soit devenu un magazine professionnel culte auprès de bon nombre de lecteurs ne le rend que plus admirable !

En conclusion : L'Ecran Fantastique est LE magazine spécialisé qui a redonné ses lettres de noblesse aux petits et grands écrans de l'imaginaire.

 

 

Le magazine : Les Cahiers de Science & Vie

ça parle de quoi ? L'évolution de l'humanité à travers les âges (la préhistoire, l’Antiquité, le Moyen-Age, la Renaissance… vous avez compris !)

ça sort quand ? Tous les six mois.

Pourquoi on adhère ? Ok, je vous l'accorde, traité avec l'implication d'un prof proche de la retraite, ce genre de sujets peut vite devenir barbant. Mais on parle d'une revue lancée par Science & Vie, qui ne sont pas réputés pour être les derniers des tâchons !

En réalité, les CDSV regroupent tout ce que j'aime : l'Histoire, l'occultisme, la mythologie, l'art, l'évolution des mœurs et de la société...

Je me rappelle encore le numéro qui m'a fait découvrir CDSV - j'étais alors au lycée : Le roi Arthur, le mythe à l'épreuve de la science. J'étais conquise et je le suis toujours : ce magazine fait rejaillir le peu d'esprit cartésien que je possède en évoquant des sujets qui pourtant le sont rarement !

Même les sujets qui à priori ne m'intéressent pas tels que les épidémies, les origines de Dieu, les codes et langages secrets, finissent par trouver grâce à mes yeux.

Les explications sont toujours claires, jamais inutilement étriquées : là encore, la revue se veut accessible à tous. On quitte chaque numéro avec une foule d'anecdotes intéressantes en tête et quelques connaissances en plus, un carnet gribouillé d'informations à côté.

Les Cahiers de Science & Vie c'est intéressant, intelligent et fascinant. De quoi craquer pour une pause intello sans la moindre hésitation ! 

 

Voilà pour les quatre principaux, même s'il m'arrive de lire les hors-séries des Inrocks et Rock & Folk, de feuilleter Rise Tatoo, le New-York Times, Psychologie Magazine et le Monde ou de me plonger dans Ciné Saga et Télérama etc...

On se retrouve mardi pour l'Avis des Libraires, d'ici là lisez des magazines, gardez l'esprit ouvert et profitez du week-end à venir !

 

 

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 155ème chronique : La vie rêvée des chaussettes orphelines

03/01/2020

1/10
Please reload