L’avis des libraires - 79ème chronique : A Rogue One Story : Gardiens des Whills

22/05/2018

L'avis des libraires : 79ème chronique

A Rogue One Story : Gardiens des Whills de Greg Rucka

Retour sur le duo épique de l'univers Star Wars

« Faire corps avec la Force, l'espace d'un instant.

Parfois, c'était aussi simple que respirer. Et parfois, c'était aussi difficile que vivre. D'autres fois encore, il sentait la Force se mouvoir autour de lui, le connecter au monde - et le monde se connecter à lui - la chaleur de la lumière, le froid glacé de l'obscurité. »

 ~ p 19 / Chirrut Îmwe

 

Jedha, une étendue de sable aride abritant en son sein la Ville sainte, est depuis peu tombée aux mains de l'ennemi : l'Empire a investi les lieux, dispersé les fidèles, refoulé les pèlerins, fermé le Temple du Kyber... La Ville sainte, asphyxiée, résiste tant bien que mal à la pauvreté, la famine et la maladie. Parmi les dissidents,  Baze Malbus et Chirrut Îmwe. Amis de longue date, ils étaient gardiens des Whills, un ordre religieux de moines versés dans l'art du combat. Malgré les attaques menées, Chirrut et Baze sentent l’insuffisance de leurs actes, isolés au cœur de la répression.

Débarquent alors Saw Gerrera et sa propre milice, farouchement opposés à l'Empire...

 

Pour beaucoup, Rogue One est ce que Le Réveil de la Force aurait dû être : une œuvre dense, forte, sombre, dotée d'un casting hétéroclite et talentueux. L'engouement autour du film ne s'est pas fait attendre. En tout juste deux heures dix, ce long-métrage aux allures de tragédie shakespearienne a su présenter des personnages forts et attachants, loin du manichéisme redouté : Jyn Erso, Cassian Andor, Bodhi Rook, K-2SO et bien sûr le tandem Baze Malbus/Chirrut Îmwe.

Les fans ne s'y sont pas trompés et ont d'office manifesté un vif intérêt pour ce duo fort composé d'un moine aveugle surdoué et de son ami, guerrier protecteur cynique. Comment ne pas vouloir en apprendre plus sur eux, leur passé, leur relation ? Les spectateurs prenaient plaisir à imaginer les aventures qu'ils avaient dû vivre ensemble et qui les avaient liées à ce point... Gardiens des Whills se veut donc une réponse à ces attentes : sous la plume de Greg Rucka, la nouvelle met en lumière deux des plus intrigants héros de Rogue One.

Alors réussite ou déception ? Ni l'un ni l'autre, le résultat est plutôt mitigé...

Gardiens des Whills est un roman tiré d'un film jouissif et un ouvrage orienté Young Adult. Le style est relativement simple, direct, fluide, peu versé dans les détails... L’absence de descriptions rend le livre dépourvu de toute enjolivure, rugueux et dépouillé, à l'image de la désertique Jedha où se place notre intrigue. Ce qui s'avère particulièrement gênant par moment, car Rucka ne parvient pour ainsi dire jamais à retranscrire l'aspect titanesque des paysages arides ou la pauvreté de la Ville Sainte.

Autre aspect un peu regrettable, le choix d'avoir situé l'action quelques mois avant celle de Rogue One. Au final, le lecteur apprendra bien peu de choses sur Baze Malbus et Chirrut Îmwe, il n'y aura quasiment aucune information sur leur passé, leur famille, leur entraînement au sein des gardiens... A peine quelques références glissées sur leur entourage, comme la garagiste Denic.

En revanche, les liens entre Chirrut, Baze et les sœurs Gimm sont au cœur de l'intrigue : Killi (apparue dans Rogue One) et Kaya, en charge d'un orphelinat, s'associent au duo afin de préserver les enfants victimes de la guerre. Le quatuor fonctionne très bien, l'amitié qui les lie est palpable à chacune de leur réunion, leur affection ne fait aucun doute.

Mais là où l'ouvrage tire réellement son épingle du jeu, c'est dans l'alliance, puis la confrontation de Chirrut, Baze et Saw Gerrera. En témoigne le passage, très fort, où Chirrut, guidé par la Force, cherche à analyser le résistant : il n'y trouvera « que du vide, un cadre construit par la tristesse et la souffrance, chargé de douleur et de rage où brillait, tout au fond, une faible lueur. » L’ambiguïté de Gerrera est d'ailleurs habillement montrée à plusieurs reprises

D'une façon générale, Gardiens des Whills ne fait que renforcer ce que Rogue One avait déjà démontré : le parallèle entre foi et fanatisme, entre insurrection et extrémisme, l'importance d'actes de bravoure isolés au service d'une plus grande cause...

Chirrut et Baze sont toujours aussi attachants, leurs échanges sont pertinents, souvent profonds, parfois drôles. Quelques scènes soulignent l'opposition de leurs avis quant à la marche à suivre ou la foi en la Force - Baze a quitté les gardiens depuis longtemps alors que Chirrut se considère encore comme membre de l'ordre. Ces moments sont les plus beaux et les plus réussis : en dépit de leurs désaccords, le tandem reste lié et soudé comme jamais.

Leurs caractères respectifs sont très bien retranscrits et fouillés, en parfaite adéquation avec l'image renvoyée par le film. On les sent profonds et écorchés, hésitants sur la marche à suivre. Ainsi, lorsque Chirrut ressent de la colère face aux horreurs de la guerre, il est déstabilisé par ce sentiment, contraire aux préceptes de l'ordre. Baze est aussi en proie à des dilemmes intérieurs ; il veut agir, se sent impuissant et commence à voir dans les idées radicales de Gerrera le soutien auquel il aspire tant.

En définitive, Gardiens des Whills est un agréable prélude à Rogue One mais un ouvrage qui, sans conteste, est destiné avant tout aux fans - les néophytes risqueraient forts d'être perdus.

De mon côté, je ne peux que vous conseiller avant tout de voir Rogue One et de savourer ce spin-off de Star Wars à sa juste valeur : que la Force soit avec vous !

 

« L'Empire ne réalise pas que l'espoir peut être ténu. Qu'il ne faut pas grand-chose pour qu'il survive. Une bouffée d'air de temps en temps. Un peu de chaleur. L'espoir peut survivre dans le vide ou le désert. »

 ~ p 127 / Baze Malbus

« On ne peut pas perdre ce qui est en nous. On peut juste l'égarer. Dans ce cas, l'objectif est de le retrouver. »

 ~ p 112 / Chirrut Îmwe 

« Un jour, Chirrut avait entendu un pèlerin demander à un Disciple quel âge avait vraiment le Temple.

- Quel âge a la Force ? avait répondu ce Disciple, Kozem Pel.

Chirrut Îmwe avait trouvé cette réponse parfaite. »

 ~ p 17

« Il tenta de localiser leur interlocuteur à travers la Force, il étendit ses sens, mais ne trouva qu'un vide, un cadre construit par la tristesse et la souffrance, chargé de douleur et de rage où brillait, tout au fond, une faible lueur.

Cet homme avait horriblement souffert. »

 ~ p 77-78 / Chirrut Îmwe analysant Saw Gerrera

Article paru dans le Pays Briard le 22.05.2018.

Greg Rucka, Rogue One Story : Gardiens des Whills aux Éditions Pocket Jeunesse. 192 pages. 9€90

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 150ème chronique : Le corps

05/11/2019

1/10
Please reload