Swinging Christmas #En 3 points

14/12/2017

Titre : Swinging Christmas

Auteur : Benjamin Lacombe, d'après une nouvelle d'Olivia Ruiz

Genre : Chronique de vie

Date de parution : 2012

Résumé : Alors que Noël approche, le jeune Robin va découvrir le goût de la lecture suite à sa rencontre avec un vieil ermite érudit, Bernard. Accroché à son passé, ce dernier s'égare dans le souvenir de la divine chanteuse Sol. Swinging Christmas est une histoire d’amour et d’amitié qui traverse le temps.

Note : 4,5/5

 

#En 3 points :

*Une grande histoire d'amitié intergénérationnelle : Quelques années après l'excellent La mélodie des Tuyaux, Benjamin Lacombe et Olivia Ruiz réitèrent la promesse d'un album-CD grandiose ! Swinging Christmas suit le parcours de Robin, un garçon turbulent de bientôt dix ans, qui s'ennuie dans son village campagnard qu'il a surnommé Plunulquicitumeurs. Comme la plupart des personnages fétiches de Lacombe, Robin est vif, doté d'une solide imagination mais plutôt solitaire. Volontiers boudeur, le gamin se retrouve à porter malgré lui un panier-cadeau à Bernard, un géant barbu solitaire que tous redoutent... À défaut de l'ogre cannibale auquel il s'attend, c'est un véritable gourmet des livres dont Robin va faire la connaissance. Cette histoire d'amitié intergénérationnelle entre un enfant qui découvre le bonheur des mots et de la musique et un vieil homme coincé dans le passé est d'une grande justesse. Touchante, passionnante, ancrée dans la réalité, elle est au fond tout à la fois universelle et personnelle : l'amitié d'une personne âgée et d'un membre de la jeune génération, chacun l'a éprouvée ou l'éprouvera dans sa vie, dans un sens ou dans l'autre, avec un grand-père, un voisin, une connaissance... L'aide qu'apporte Bernard à Robin, en lui apprenant le plaisir des mots, en lui permettant de découvrir le jazz, le garçon la lui rendra en rompant sa solitude, en lui offrant une oreille attentive, en partageant son fardeau. Cette amitié est profonde car elle marche dans les deux sens, même si, de par la différence d'âge, le lecteur comprend qu'elle ne saurait être que brève... Ce qui la rend d'autant plus forte et tragique.

 

« La maison de Bernard était un cabinet de curiosités, rempli de trésors un peu poussiéreux. Les bûches, qui éclataient comme des pétards dans la cheminée, et la voix chaude de la chanteuse, qui sortait du tourne-disque, réchauffaient les pièces.

Malgré tout, ce lieu sombre restait bien étrange, avec ces centaines de livres. Il y en avait sur les étagères, dans chaque recoin, et même utilisés en pieds de table ou pour bloquer les portes. »

 

 

 

*Le goût de la lecture et de la musique : Swining Christmas est avant tout une ode à la musique et à la lecture : c'est l'Art qui rapproche Robin et Bernard, leur donne matière à converser, à s'échapper et, finalement, à s'attacher l'un à l'autre.

Au delà de ceci, c'est également un encouragement à aller à la rencontre d'autrui, à passer outre les préjugés. Robin redoute Bernard qu'il imagine comme un géant cauchemardesque ; quant au vieil homme, il aurait très bien pu ne voir en lui qu'un sale gosse indigne de s'intéresser à l'Art. Les deux personnages vont aller au-delà des apparences pour se trouver, se découvrir et s'apprécier.

Lorsqu'il évoque les idées préconçues dont la société est si friande, Lacombe se fait volontiers accusateur, féroce, cruel. En effet, loin des clichés habituels, c'est le rejet des habitants du village qui met un terme, des années plus tôt, à la relation de Sol et Bernard. Entre la chanteuse de jazz et le poète contraint d'accepter un emploi alimentaire, les dés sont jetés dès leur arrivée : la jeune femme, trop remarquée, incapable de s'intégrer dans cet univers terne, a fini par quitter le village, la veille de Noël, sous peine d'y dépérir. Via Bernard et Robin, Lacombe prône la tolérance, l'importance de l'Art et de l'amitié... Il a donc fait des préjugés et de l'étroitesse d'esprit ses principaux antagonistes. 

 

*L'album aux 3 arts : Vous l'aurez compris, Swinging Christmas est un bijou, sur le fond... Mais aussi sur la forme ! Il combine à lui seul 3 formes d'Art, dont il tire parti à merveilles : la peinture via les sublimes illustrations à la gouache et à l’huile de Benjamin Lacombe ; la littérature de par sa nature même d'ouvrage et son intrigue ; et enfin, la musique ! Car l'album est accompagné d'un CD de 5 titres, dont le design délicieusement rétro évoque le vinyle ! En effet, non contente de proposer aux côtés de Lacombe un ouvrage magnifique au discours fort, Olivia Ruiz a interprété, en compagnie du Red Star Orchestra, des chansons emblématiques de Noël. L'incontournable ? La reprise du standard Sing Sing Sing popularisé par Benny Goodman.

Voilà une excellente excuse pour glisser ce magnifique ouvrage au pied du sapin !

 

 « Pour lire, mon grand, il faut être détendu. Laisse les mots venir à toi sans les juger, sans te juger ; laisse-toi envahir sans crainte, comme tu as l'air de le faire si bien avec la musique. Ecoute, là, la trompette aussi nous raconte une histoire.

Tu ne connais rien de cette musique , mais tu la reçois, avec émotion. C'est l'essentiel. Ces lettres, ces mots sont aussi une musique. Si tu les lis lentement, et que tu trouves le bon tempo, c'est gagné. »

 

 

 

 

 

 

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 190ème chronique : Le Carrousel Infernal

24/10/2020

1/10
Please reload