Cosmographia : le Testament des étoiles #En 3 points

13/12/2017

Titre : Cosmographia : le Testament des étoiles

Auteur(s) : Mathieu Guibé & Nicolas Jamonneau (illustrateur)

Genre : Roman graphique, fantasy

Date de parution : 2016

Résumé de l'éditeur : Les constellations ne sont pas les seuls messages que le ciel nous adresse. Les étoiles et leurs cycles, dans leur improbable répartition, nous racontent une histoire dont nous sommes les propres acteurs. Nous ne savons pas qui est de l’autre côté de la plume, nous ne pouvons que supposer. Mais si l’univers est en permanente expansion, c’est parce que le récit continue. Mon frère et moi sommes les seuls à pouvoir déchiffrer les secrets célestes.

Note : 3,5/5

 

 

#En 3 points :

*La patte Guibé : comme tous les grands auteurs, Mathieu Guibé a un style, des domaines de prédilections, qui le rendent reconnaissable entre tous. Lorsque l'on possède l'un de ses ouvrages, on sait d'emblée qu'il s'agit d'un Guibé. Ainsi, on retrouve dans Cosmographia les mêmes atouts que dans Even Dead Things Feel Your Love : une plume sublime, un vocabulaire soutenu, une jeune héroïne pure et mélancolique, un homme taciturne qui va s'épanouir à son contact, un univers foisonnant de détails le rendant vivant, des antagonistes aveuglés par leurs certitudes... Cosmographia est une histoire d'amour défendue, comme Guibé sait si bien les inventer et les partager : ici, celle de la douce Ankaa, oracle céleste, et d'Eclipse, vagabond solitaire. Leur couple est attachant et le déroulement de l'intrigue rend leur relation aisément convaincante ; d'emblée, on souhaite les voir triompher et s'épanouir ensemble, même si l'on redoute une fin tragique toute shakespearienne. J'avoue toutefois avoir eu un faible pour le jumeau d'Ankaa, Gineah : enfant gâté capricieux, insupportable, aveuglé par la jalousie mais aussi virtuose et brillant, il est de ces personnages imparfaits qui apportent du sel au roman, de la personnalité. Son caractère belliqueux est en constante opposition avec son physique raffiné et altier - le portrait du personnage tel que le représente Nicolas Jamonneau étant pour beaucoup dans mon intérêt à son égard. Ce qui m'offre la transition parfaite pour un second point...

 *Un roman graphique sublime : si Mathieu Guibé partait avec moi en terrain conquis, j'ai en revanche totalement découvert son illustrateur, Nicolas Jamonneau. Un roman graphique reposant tant sur le dessin que sur l'écriture, j'étais impatiente de découvrir la beauté de l'oeuvre telle que la couverture la laissait présager. Et je n'ai pas été déçue. Jamonneau est LA révélation de cet ouvrage. Peintre digital de génie, il a su retranscrire à la perfection la poésie de Guibé, mieux, il l'a sublimée.
*Un univers de fantasy riche : L'univers dépeint dans Cosmographia est riche, son Histoire complexe... Il gravite entre la High-Fantasy et la Science-Fantasy, à la fois féerique et singulier. Au final, quel reproche peut-on faire à ce roman graphique ? Un sentiment de trop peu, une légère frustration... On a ENVIE d'en apprendre plus sur ce monde, de savoir ce que leur futur réserve à Ankaa et Eclipse. Cosmographia mériterait largement une suite, ou mieux, une préquelle pour revenir sur les fondements de cette société des étoiles. Pour prendre notre mal en patience, on se consolera avec une autre merveille de la collection Graphicat, toujours aux Editions du Chat Noir : Apocryphe.

 

« [Gineah] est bien plus humain que moi. Il est instable, jaloux et arrogant, mais il profite pleinement de sa vie d'étoile jumelle. Moi, je ne me suis jamais sentie vivante. D'aussi loin que je me souvienne, je n'ai fait que retranscrire des prédictions. Je suis la Révélatrice, autrement dit, je ne suis qu'un outil. Je ne voulais pas que vous restiez pour nous protéger, mais parce que vous êtes l'unique connexion qui ne me vienne pas des étoiles. »

~ Ankaa à Eclipse

 

 

 

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

Digressions, non-dits & qu’en-dira-t-on #10 : Quand l'adaptation dépasse le livre...

25/03/2020

1/10
Please reload