Libère ta libraire ! #1

05/11/2017

Libère ta libraire ! #1

Ou les tribulations d'une libraire exilée à la campagne

Bonjour à tous, comment vous portez-vous en ce dimanche radieux ?

Moi tout va bien, merci de demander ! Et quand tout va bien, j'ai tendance à cogiter sur le sens de ma vie et surtout, sur ma vie professionnelle.

Franchement, j'adore mon job. Vraiment.

J'aime dénicher la perle rare pour un client, discuter bouquin pendant des heures, commander des nouveautés, agencer ma boutique afin de mettre en valeur les pépites du moment...

Mais, en raison de mon boulot qui me pousse à sortir la tête des pages pour me confronter à cette vaste farce qu'est la société, il m'arrive de tomber sur des êtres totalement improbables, des cas ô combien probants d'Homo sapiens debilis.

A toutes ces personnes méchantes par plaisir, détestables par envie, intolérants par nature, merci ! Non vraiment, votre bêtise me permet d'apprécier les clients qui, eux, se montrent tour à tour affables, souriants, encourageants et ouverts, eux qui me donnent envie de me lever chaque matin à 6h pour ouvrir la boutique.

Histoire de dédramatiser tout ceci, voici quelques-unes des pires répliques que j'ai entendu en (seulement !) un an d'ouverture.

Ou le petit top 10 des C VS L (Clients VS Libraires) :

1) Un client très intéressé pendant que j'installais les décorations de Noël :

C : Pas mal la vitrine... Vous êtes à combien ?

L : Trop chère en tout cas.

2) Quand une cliente me ramène Petit Pays de Gaël Faye,

livre qu'elle n'a visiblement pas aimé :

C : Je vous rends ça parce que les histoires de négros et de bougnoules ce n'est pas ma tasse de thé.

L (ironiquement) : Ah bon ? Curieux, je n'aurais jamais deviné.

3) Un client d'une grande culture capillaire :

C : Avec vos cheveux courts, vous n'avez pas peur qu'on vous prenne pour une lesbienne ?

L : Pas vraiment non. Et quand bien même, où serait le problème ?

C : Oh moi je dis ça...

L : Alors ne dites rien.

4) Un client pressé :

C : Si je vous commande un livre aujourd'hui, vous l'aurez demain ?

L : Oui.

C : C'est vrai ?

L : Non. On est pas Amazon, monsieur.

5) Une cliente ayant visiblement besoin de se confier :

C : Oh ma belle-fille m'en fait voir de toutes les couleurs.

L : Ah...

C (sur le ton de la confidence) : En même temps excusez-moi mais... Elle est asiatique. Vous savez que ces gens-là ne sont pas comme nous. Ils sont toujours très calculateurs, très intéressés...

L : Mon petit-ami est japonais.

C (rouge écarlate) : Oh  ! Mais elle, elle est chinoise, ce n'est sans doute pas pareil.

L : Sans doute, sans doute.

6) Un client visiblement perdu :

C : Vous vendez des livres ici ?

L : Non monsieur, on vend des bananes.

C : Ah bon. Au revoir.

(Croyez-le ou non mais cet énergumène est parti de suite. Je me demande encore s'il est allé demander son bouquin au marchand de fruits et légumes à côté...)

7) Un client moi-je :

C : Je vous ai croisé en ville hier.

L : Ah ?

C : Oui vous étiez avec un monsieur.

L : Jusque là ça semble dans le domaine du réel.

C : Mais oui, on s'est croisé aux impôts, vous vous souvenez ?

L : Navrée mais non, je regrette.

C : Vous étiez avec un monsieur ! Vous vous rappelez pas ?

L : Je me rappelle du monsieur, oui.

C : Et de moi ?

L : Vraiment pas du tout, désolée.

C (en partant, furieux) : Ah ça fait plaisir tiens !

8) Un client menteur :

C : Je suis passé la dernière fois, la boutique était fermée.

L : Quand était-ce ?

C : Vendredi, vers 17h.

L : Curieux parce que nous sommes ouvert à cette heure.

C : Alors vous devriez surveiller vos employés qui en profitent pour fermer dans votre dos.
L : C'est impossible.

C : Oh vous savez, vous ne devriez pas avoir autant confiance dans votre personnel et...

L : Monsieur. Je suis la seule à travailler ici.

C : Ah...

9) Un client qui teste le chantage :

C : Mais ton père, il sait la réputation que tu as ici ?

L : Oui.

C : Et il en dit quoi le papa protecteur ?

L : Qu'il me connaît, qu'il a confiance en moi et qu'il n'a aucune raison de croire ceux qui salissent les autres par plaisir.

10) Et enfin, à votre grrrrrande satisfaction, 3 des pires répliques du papi lubrique qui squatte régulièrement mon comptoir :

 

C : Allons, tout le monde sait que quand une femme dit non, elle veut dire oui ! L : Bravo pour la politique du violeur.

 

C : Vous aimez les gâteaux ?

L : Pas vraiment non.

C : Et les gâteries, vous aimez ?

L : Vous allez me la sortir à chaque fois, sérieusement ?

 

C : Oh vous avez l'air d'avoir froid ! C'est parce que vous avez pas assez coïté ce matin !

En espérant que ce top 10 n'ait pas définitivement flingué votre foi en l'humanité, je vous laisse sur un excellent trait d'esprit de ce cher Geluck dans Le chat est content : Les imbéciles pensent que tous les noirs se ressemblent. Je connais un noir qui trouve, lui, que tous les imbéciles se ressemblent.

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 155ème chronique : La vie rêvée des chaussettes orphelines

03/01/2020

1/10
Please reload