L’avis des libraires - 51ème chronique : Sombres citrouilles

10/10/2017

L'avis des libraires - 51ème chronique

Sombres citrouilles de Malika Ferdjoukh

Un policier sur un air de « Trick or Treat »

31 octobre, Domaine de la Collinière. En ce jour d’Halloween, les Coudrier au grand complet sont présents pour l’anniversaire de Papigrand, le patriarche. Comme dans toutes les grandes familles, ces réunions annuelles sont source de tensions, piques à peine voilées, rancœurs, non-dits et autres discordes. Les Coudrier cachent plus d’un secret au cœur de leur domaine… Et lorsque les plus jeunes de la famille découvrent le cadavre d’un inconnu abandonné au milieu du potager, la situation s’alambique encore davantage.

 

Pour cette 2nde chronique spéciale Halloween, changement radical de registre ! Après le steampunk, place au policier. Et pas n’importe lequel : voici Sombres citrouilles de Malika Ferdjoukh ! Titre phare de l’École des Loisirs, titulaire du prestigieux Prix Sorcière en 1999, Sombres citrouilles est une œuvre noire, engagée et intense.

Dans une atmosphère gothique à souhait (une somptueuse demeure perdue dans la campagne avec, en fond sonore, la mesure funeste battue par les coups de feu des chasseurs) l’auteure tend sa toile, fil par fil, et emprisonne le lecteur : il y a indubitablement du Daphné du Maurier dans cet ouvrage Young Adult, qui remplit un à un tous les critères d’une excellente enquête policière.

S’y entremêlent animaux traqués, histoires de cœur contrariées, rivalités, oppression du milieu familial, discriminations en tous genres, hiérarchie étouffante, diminutions mentales et physiques... Les adultes, dans l’œuvre de Ferdjoukh, sont des plus inquiétants. Face à ces modèles broyés, les enfants démêlent un à un les secrets les plus obscurs de leur singulière famille - véritables héros de l’histoire, ce sont aussi eux les plus attachants : Hermès, Madeleine, Colin, Annette et Violette, confrontés à une situation qui les dépasse, vont faire preuve d’un courage dont leurs aînés ont été incapables.

La résolution de leur enquête, sur fond d’intolérance, de lâcheté et de tyrannie matriarcale, ébranlera leurs convictions et leurs rapports familiaux.

Un roman haletant à l’intrigue bien menée, remarquablement écrit, à mettre entre toutes les mains dès douze ans.

 

 « J’ai escaladé mon vieux sycomore, mon sycomore à moi, dont la pointe dépasse le toit de la maison et le sommet de tous les autres arbres. Si l’on part du principe que la Collinière sur sa colline est l’endroit le plus haut perché de la région, mon sycomore devient le toit du monde !

J’ai eu plus de mal à grimper que l’année dernière. L’année dernière, ça m’avait déjà paru moins facile que la précédente... Les petits enfants savent voler, c’est bien connu depuis Peter Pan. J’ai donc, chaque année, moins d’enfance pour m’aider. J’ai treize ans et demi, voilà tout.

Perché à mi-tronc, la vie m’a paru néanmoins plus légère. Et la vue était belle.  »

~ p 64

 

Malika Ferdjoukh : Sombres citrouilles aux Éditions École des Loisirs. 296 pages. 6,80€

 

Article paru dans le Pays Briard le 10.10.2017

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

Digressions, non-dits & qu’en-dira-t-on #10 : Quand l'adaptation dépasse le livre...

25/03/2020

1/10
Please reload