• Chloé

Spartacus : La révolte des esclaves #En 3 points

Titre : Spartacus : La révolte des esclaves

Auteur : Jean Guiloineau

Genre : Historique

Date de parution originale : 25/11/2004

Résumé de l'éditeur : La révolte des esclaves, dont Spartacus prendra la tête, offre à Jean Guiloineau l'occasion d'aborder les grands thèmes universels qui traversent la plupart des œuvres qu'il a traduites quête de la liberté, lutte contre toute forme d'oppression et d'esclavage, révolte individuelle et collective pour retrouver une dignité confisquée. Mais le Spartacus de Jean Guiloineau, c'est aussi l'épopée quotidienne de cette immense masse d'esclaves qui erre pendant deux ans dans toute la péninsule italienne en réussissant à vaincre les armées consulaires que Rome envoie pour l'anéantir. L'auteur a mis fidèlement ses pas dans ceux de cette armée d'esclaves, rétablissant l'exactitude historique de leur lutte, de leur marche à travers l'Italie, dans une langue superbe, poétique et lyrique.

Note : 2/5

#En 3 points : *La Troisième Guerre servile, un épisode fascinant : ah Spartacus ! Un mythe méconnu qui a valu de nombreux débats aux historiens, inspiré d'immenses fresques sur grand et petit écran, fasciné les auteurs qui n'en finissent plus d'écrire sur son compte... Spartacus, c'est cet esclave Thrace devenu l'emblème de la révolte contre l'oppression, le sacrifice ultime pour la liberté. Un nom qui évoque souffrance, sang et espérance. Avec un tel sujet, Jean Guiloineau avait toutes les cartes en main pour réussir un grand roman.

*Un style peu littéraire : Hélas, dès les premières lignes, le lecteur se heurte à un problème de taille : la plume. Spartacus, la révolte des esclaves est un pavé lourd et alambiqué, qui peine à convaincre... Si les compétences de Guiloineau (traducteur, historien, nouvelliste et biographe de profession) ne sont ici aucunement remises en question, le style a de quoi laisser perplexe et en décourager plus d'un.

*Une trame confuse : Lent, embourbé dans des intrigues parfois floues, ce Spartacus peine à convaincre et ennuie bien vite ! L'aventure et le souffle épique désertent les pages au bout de quelques chapitres. Le roman ultime sur la rébellion des esclaves ne passera donc pas via Jean Guiloineau, il faudra encore attendre.

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram