Bonne résolution n°6 : Etre cinéphile jusqu’au bout des pages !

26/08/2017

Bonne résolution n°6 :

Etre cinéphile jusqu’au bout des pages !

 

Même si vous désespérez de voir les bouquins des starlettes de TV réalité caracolées en tête des ventes, soyons réalistes : le luxe et les projecteurs font tourner la tête de plus d’un lecteur. Et pour cause ! Qui ne s’est jamais rêvé acteur, chanteur ou musicien adulé par son époque ? A quelques semaines du Festival du cinéma américain de Deauville, on assume son côté people et paillettes : excursion hollywoodienne au programme !

 

🎬 Un homme cruel de Gilles Jacob : gloire et décadence du 1er sex-symbol (Editions Grasset, 20€)

🌟 La star : Sessue Hayakawa

🎥 Coup de projecteur : voici le roman-biographique, magnifiquement écrit et solidement documenté, d’un être hors-normes. Tombé dans l’anonymat par l’une de ces cruautés hasardeuses dont seule la fortune a le secret, Sessue Hayakawa n’était pas seulement le 1er sex-symbol hollywoodien, devançant Valentino ou Brando dans le cœur des spectatrices. Sa vie, dense et extravagante, fut l’une des plus incroyables du XXe siècle : acteur, peintre, traducteur et ornithologue, il connu une carrière militaire avortée, un suicide manqué, une notoriété mondiale, une tentative de meurtre, un tourbillon de réceptions et de maîtresses, une retraite monastique… Francophile exalté, il fut aussi membre de la Résistance parisienne face au nazisme ! A noter que son épouse et guide spirituel Tsuru aurait mérité d’être l’héroïne de son propre ouvrage. Dans ma sélection, le grand prix va sans conteste à Un homme cruel de Gilles Jacob.

💖Le film à voir : pour l’admirer jeune, regardez tous les extraits que vous pourrez dénicher sur Youtube, la plupart des films mettant en scène Sessue Hayakawa n’étant pas commercialisés chez nous... Si son talent vous intéresse au delà du physique, tournez-vous vers ce monument qu’est Le Pont de la rivière Kwai.

 

🎬 Vivre vite de Philippe Besson : quand Jimmy se dévoile (Editions Julliard, 18€ / Ed. 10 X 18, 7€10)

🌟 La star : James Dean

🎥 Coup de projecteur : Vivre vite, c’est le coup de foudre entre deux univers, l’un littéraire, l’autre cinéphile ; c’est la rencontre de deux personnalités fortes et troubles, faites pour se retrouver par l’intermédiaire d’un livre. D’un côté Philippe Besson, l’un des auteurs francophones les plus talentueux et prolifiques de ces quinze dernières années ; de l’autre James Dean, monstre sacré du cinéma, propulsé au firmament en l’espace de trois films, dont le statut culte n’a cessé de croître au fil des décennies – aucun doute, l’aura de Jimmy est toujours là, cernée d’un sempiternel mystère. Mais voilà : comment se départager des autres, de tous les biographes, photographes, compagnons qui ont dédié un ouvrage au génie ingérable que fut Dean ? Besson choisit l’originalité et mise sur la forme : dans ce roman chorale, personnalités phares de l’époque, connaissances de passage, amis ou membres de la famille racontent leur vision de cet acteur étrange, à part. On côtoie ainsi au fil des chapitres sa mère Mildred, Marlon Brando, Elisabeth Taylor ou Rock Hudson. A mille lieux de la biographie traditionnelle, l’auteur revendique ici « la vraisemblance et non la vérité » : Vivre vite est à la fois un exercice de style, un portrait complexe et un roman terriblement addictif qui se lit d’une traite. Pas le meilleur Besson mais l’un des plus originaux, sans nul doute.

💖Le film à voir : difficile de résister à l’envie de savourer une nouvelle fois Géant (pas très original mais vu la durée de sa carrière, personne ne m’en blâmera !)

 

🎬 Splendour de Géraldine Maillet : amour, crime et beauté (Editions Grasset, 14€90)

🌟 La star : Natalie Wood

🎥 Coup de projecteur : Le mal aimé de la liste… Il aura fallu une adaptation théâtrale avec Elsa Zylberstein pour que le portrait sombre, destructeur et anxiogène qu’a délivré Géraldine Maillet de la belle Natalie Wood acquière ses lettres de noblesse ! Il a en effet été reproché à l’auteur sa vulgarité, sa vision crue et pessimiste, de réduire l’icône à une nymphomane alcoolique. C’est oublier un peu vite que ce roman ne se veut en rien biographique, il est d’avantage une plongée dans l’esprit tourmenté de l’actrice – le texte est d’ailleurs écrit à la 1re personne. Cette vision sans fard, abominable, presque laide, est surtout magistrale et tragique.

💖Le film à voir : celui où elle rencontra Christopher Walken, son magnétique partenaire et dernier amant : Brainstorm. Ce film, loin d’être resté dans les mémoires, a pourtant été récompensé de plusieurs Saturn Awards, les prix remis par l’Académie des films de science-fiction, fantastique et horreur en 1984. Ou sinon on retourne aux indémodables : La fureur de vivre.

 

 

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 155ème chronique : La vie rêvée des chaussettes orphelines

03/01/2020

1/10
Please reload