Garçons de cristal #En 3 points

12/01/2016

Titre : Garçons de cristal

Auteur : Xianyong Bai

Genre : Chronique de vie, drame

Date de parution originale : 1983

Résumé de l'éditeur : Banni par son père, après avoir été surpris en flagrant délit de conduite impudique en compagnie du surveillant, Aquing rejoint la fratrie des garçons de cristal. Royaume qui ne connaît que la nuit, abrité derrière un écran d'arbres à pain, ce parc au bassin planté de nénuphars rouges, offre un refuge à la société de l'ombre qui fait commerce de chair. Aux côtés de Petit Jade, hanté par le fantôme d'un père inconnu, de Souriceau, kleptomane espiègle et vu de Wu Min, tendre amant meurtri, débute l'odyssée vespérale d'Aqing. Anges célestes ou anges déchus? Bai Xianyong extrait la beauté du vice. Chorégraphe de l'envers du désir, il débusque l'innocence là où suinte la misère et rachète, au cœur de la fournaise, ses fils en exil au jardin de la fraternité.

Note : 5/5

 

#En 3 points :
*Un récit emblématique : "Garçons de Cristal" est considéré par beaucoup comme un chef-d'œuvre : un titre souvent donné à la légère mais qui ici s'avère totalement mérité pour la poésie de sa plume, pour l'authenticité des dialogues, pour la beauté des descriptions, pour avoir été le 1er à aborder ouvertement l'homosexualité après plus d'un siècle de censure chinoise - l'œuvre est de ces incontournables qui vous habitent longtemps après votre lecture.
*Une galerie de jeunes proscrits attachants : Les gamins de Taipei, Aqing, le Souriceau, Petit Jade, Wu Min, n'ont rien à envier aux personnages de SE Hinton ou JD Salinger, ils partagent d'ailleurs la même authenticité - Pai ne juge jamais ces ados paumés et attachants, malmenés par la vie mais qui s'accrochent à leur existence avec une fougue désespérée, et s'il ne noircit par le tableau de nos jeunes prostitués (jeux adolescents, entraide fraternelle, confidences...), c'est par quelques lignes cruelles qu'il rappelle leur infortune et le danger qui plane constamment autour d'eux.
*Un équilibre parfait : Pai Hsien-yung signe avec "Garçons de Cristal" son chef-d'œuvre suprême, il décrit le quotidien de ces petits princes de la Nuit sans jamais tomber dans le mélodrame ni le sordide, pas plus qu'il ne s'égare dans les scènes de sexes ; certes, le désir est omniprésent au long des pages mais jamais montré clairement, le voile pudique que Pai jette sur leurs activités nocturnes empêchant un déballage obscène - l'œuvre de l'auteur est au-dessus de tout sensationnalisme, elle est vraie, pure, taillée par la poésie... Comme le cristal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
La note en + : Parce que ces "Garçons de cristal" mériteraient plus qu'une Plume Express, je vous invite à lire la chronique d'Hélène Hazera sur le site de Libération.

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 150ème chronique : Le corps

05/11/2019

1/10
Please reload