L’avis des libraires - 42ème chronique : Retourner à la mer

01/08/2017

L’avis des libraires - 42ème chronique

Retourner à la mer de Raphaël Haroche :

Vague à l’âme pour poète paumé

 

{ Liste des nouvelles présentes dans ce recueil }

Yuri

L'homme des sables
Le dernier des pères
La réserve
L'escalier
L'enfant qui nage

Les orques

La plus belle fille du monde
Les acacias
Quel genre d'ami ferait ça ?
Rester au lit
Lazare
Retourner à la mer

 

Un homme qui travaille dans les abattoirs, un autre comme garde-du-corps, un père porté sur la bouteille, une mère de famille dépressive, un ado privé de son frère, un collégien poursuivit par une présence inquiétante, l’hallucination collective de 3 ados, un homme d’origine juive qui fantasme sur une nazie, un grand-père qui décide d’orchestrer sa mort, une lettre ouverte à un ami disparu, un régisseur insomniaque, un SDF qui survit tant bien que mal, un quadragénaire suicidaire... Tels sont les personnages principaux de ces 13 nouvelles, porteurs des thématiques poignantes et fascinantes abordées dans le recueil Retourner à la mer.

 

Il y a 12 ans, les ondes françaises étaient inondées par un jeune artiste aux chansons douces-amères, nostalgiques et poétiques, un peu candides. Leurs titres ? Caravane, Ne partons pas fâchés, Et dans 150 ans... Ce chanteur a la voix atypique, a la plume emplie de spleen, c’est Raphaël Haroche. Les critiques sont alors dithyrambiques – elles s’avèreront moins élogieuses par la suite et la traversée du désert sera longue.

Pourtant, 2017 signe son grand retour, sur un terrain où on ne l’attendait pas : la littérature. Désormais, il distille son vague à l’âme sur papier, consacré par le prix Goncourt de la nouvelle.

A raison car Retourner à la mer est un excellent florilège d’histoires quotidiennes, des morceaux de vie volés, des fragments phobiques tous personnels. Raphaël cultive le beau pour évoquer la laideur : comme les grands poètes avant lui, il puise dans les situations les plus tragiques, les personnages les plus pathétiques, un éclat crépusculaire. La plume se révèle à la hauteur des thèmes abordés (alcoolisme, dépression, maltraitance animale, déchéance, deuil) ; en dépit de la difficulté des sujets et sans chercher à ménager le lecteur, Raphaël maîtrise chaque nouvelle de bout en bout. A l’image de ce texte sublime qu’est Le dernier des pères, trésor ultime du livre, qui exhale une angoisse désespérée sur un air du « Dieu-Psychopompe » David Bowie.

Dur ? Oui. Brillant ? Sans aucun doute. Bouleversant ? Assurément.

 

 

Raphaël Haroche : Retourner à la mer aux Éditions Gallimard. 167 pages. 17€50

 

Article paru dans le Pays Briard le 01.08.2017

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 150ème chronique : Le corps

05/11/2019

1/10
Please reload