L’avis des libraires - 10ème chronique : La part des flammes

16/12/2016

L’avis des libraires - 10ème chronique :

La part des flammes de Gaëlle Nohant  :

Charité embrasée et femmes flamboyantes

 

 

Pour les femmes de l’aristocratie, le Bazar de la Charité est l’événement à ne pas manquer. Sous couvert d’abnégation, il permet à chacune de se faire remarquer et de s’imposer dans la bonne société. Parmi elles, 2 femmes qui peinent à trouver leur place dans cet univers : Violaine de Raezal et Constance d’Estingel. Mais ce 4 mai 1897 va être la cible d’un terrible drame : le Bazar prendra feu et avec lui, la vie de nos deux héroïnes…

 

Auréolé de prestigieuses récompenses, La Part des Flammes a embrasé le monde littéraire ! Et comment ne pas succomber ?

Surtout, qu’est ce qui n’a pas été dit sur l’œuvre de Gaëlle Nohant ? Il est possible de louer sa plume remarquable ; d’évoquer son analyse fine des mentalités d’une époque en plein changement ; d’encenser les recherches menées sur ce fait divers sordide ; de souligner la justesse avec laquelle elle dresse le portrait d’individus complexes…

Car chez Nohant, tous, hommes ET femmes, bénéficient d’une personnalité riche. Aucun n’apparaît comme inutilement vil et les antagonistes cachent souvent des fêlures qui les rendent bien plus humains qu’ils ne le semblent au 1er abord. Les héros eux-mêmes sont loin d’être lisses – l’évolution de László, journaliste franco-hongrois pétri d’idéaux en est l’exemple flagrant. Fictifs ou non, nobles ou pauvres, personne n’est épargné. Nohant profite de ses héroïnes pour souligner l’absurdité d’une époque qui se veut moderne alors que la femme reste soumise à l’homme et que ses revendications d’indépendance sont vues d’un fort mauvais œil… De son style à la fois poétique et cinglant, Nohant dépeint ce tragique 4 mai et les répercussions engendrées ; lorsqu’elle évoque l’incendie, pourtant détaillé car vécu directement par les protagonistes, elle prend soin de ne jamais tomber dans la surenchère.

Les mots sont vains pour évoquer le coup de cœur qu’à été La Part des Flammes mais une chose est certaine : vous ne sortirez pas indemne du brasier dans lequel vous précipite Gaëlle Nohant.

La part des flammes de Gaëlle Nohant :

*8€60, Le Livre de Poche

*22€, Héloïse d'Ormesson

 

Article publié dans le Pays Briard le 16.12.16

 

Merci à LemonJune dont l'excellente vidéo m'a fait découvrir ce livre !

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

Digressions, non-dits & qu’en-dira-t-on #10 : Quand l'adaptation dépasse le livre...

25/03/2020

1/10
Please reload