Cin’express : Salo ou les 120 journées de Sodome

10/06/2015

🎥 Cin’express : Salo ou les 120 journées de Sodome 🎥

 

🎬 de Pier Paolo Pasolini
⭐ avec Paolo Bonacelli, Giorgio Cataldi, Umberto P. Quintavalle
🗓 Sortie : 19 mai 1976

  

 Ma réaction devant ce film...

Dont je ne mettrais aucune illustration

pour des raisons évidentes.

 

La question est légitime : peut-on soutenir l’idée d’un film tout en rejetant la totalité de ce qui le constitue ? Car si Salo ou les 120 journées de Sodome se rêve en critique acérée du fasciste, tout, absolument tout, brise le propos cher à son réalisateur : la mise en scène, le jeu des acteurs, la narration… D’un postulat fascinant qui se veut une ode à la liberté, Pasolini tire deux heures déplorables. Et à lutter contre les extrêmes, il tombe lui-même allégrement dans l’abject. A l’esclavage succèdent les viols ; aux viols, la scatophilie ; à la scatophilie, la torture psychologique et physique. Les corps ici n’ont rien d’érotique, ils n’ont hélas rien de fascinant non plus. La puissance du message est rompue par cette volonté de choquer qui prend le pas sur tout le reste. C’est à la limite du supportable, c’est osé sur la forme quelle que soit l’époque et après ? Un film choquant est-il nécessairement un chef-d’œuvre ? Bobos de tout bord qui criez au génie, posez-vous la question : est-ce ce film qui vous a plu, ou l’idée qu’on vous en a vendu, celle d’un film voulant dénoncer ? Alors qu’il suscite le dégoût le plus total, Salo ou les 120 journées de Sodome n’est que le reflet de ce qu’il aurait dû être : il n’est ni engagé, ni génial, pas plus qu’il n’est audacieux ou saisissant. Simplement vide et violent, tel un animal blessé qui n’a plus que sa haine à cracher à la face du monde. 

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 190ème chronique : Le Carrousel Infernal

24/10/2020

1/10
Please reload