Cin’express : Carrie 2 : la haine

25/03/2013

đŸŽ„ Cin’express : Carrie 2 : la haine đŸŽ„

 

🎬 de Katt Shea
⭐ avec Emily Bergl, Amy Irving, Jason London
🗓 Sortie : 25 aoĂ»t 1999

 

 

DĂšs les premiĂšres images, une observation s’impose clairement : "Carrie 2 : la haine" pĂątie surtout de la notoriĂ©tĂ© de son illustre aĂźnĂ©, signĂ© Brian De Palma. La rĂ©alisation de De Palma a beau ĂȘtre davantage travaillĂ©e et l’angoisse beaucoup plus prĂ©sente dans "Le Bal du Diable", cette suite n’en est pas moins dĂ©nuĂ©e d’intĂ©rĂȘt – bien que le style classique de Katt Shea peine Ă©videment Ă  s’imposer face Ă  de telles rĂ©fĂ©rences. En rĂ©alitĂ©, l’ensemble du film repose en grande partie sur la nouvelle hĂ©roĂŻne, Rachel, interprĂ©tĂ©e Ă  merveille par Emily Bergl : celle-ci est beaucoup moins passive que ne l’était Carrie, notamment face aux humiliations et aux moqueries dont elles sont toutes deux victimes au lycĂ©e. La victime n’en est plus vraiment une, ne s’oppose pas aux autres par le seul moyen de la tĂ©lĂ©kinĂ©sie. Son sens de la rĂ©partie et ses failles familiales sont des forces dont n’usaient pas forcĂ©ment Carrie. Elle a su faire de sa marginalitĂ© un rĂ©el pouvoir. Autres temps autres mƓurs
 Bergl, pour son premier grand rĂŽle, est entourĂ©e de noms connus, tels Amy Irving (qui tient le mĂȘme rĂŽle que dans "Carrie au Bal du Diable") ou Jason London (la rĂ©vĂ©lation d’"Un Ă©tĂ© en Louisiane") – tous deux livrent une interprĂ©tation trĂšs honorable de leurs personnages. Pour ce qui est des tortionnaires lycĂ©ens, ils sont aussi stĂ©rĂ©otypĂ©s que les antagonistes de 1977, si ce n’est que la technologie leur offre le moyen d’ĂȘtre encore plus malsains et pervers – les souffrances infligĂ©es Ă  Rachel sont davantage psychologiques qu’autre chose. HĂ©las, les performances des acteurs sont beaucoup moins crĂ©dibles que leurs rĂŽles. Qu’importe, "Carrie 2 : la haine" se suit sans dĂ©plaisir. Avouons-le franchement, c’est mĂȘme plutĂŽt l’inverse : l’intrigue est dĂ©voilĂ©e sous un angle nouveau, dont dĂ©coule un intĂ©rĂȘt certain, ajoutant mĂȘme au film un souffle romantique inattendu
 Jusqu’au dĂ©nouement, grandiose et dramatique. Plus que de l’horreur, c’est donc Ă  un thriller fantastique que le spectateur est confrontĂ©. DiffĂ©rent mais efficace, ce qui n’est pas forcĂ©ment un mal. 

 

 Pour se le procurer c'est ici âžĄïžÂ 

 

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • AllocinĂ©
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 190ùme chronique : Le Carrousel Infernal

24/10/2020

1/10
Please reload