Cin’express : Les Immortels

01/04/2012

đŸŽ„ Cin’express : Les ImmortelsđŸŽ„

 

🎬 de Tarsem Singh
⭐ avec Henry Cavill, Mickey Rourke, Luke Evans
🗓 Sortie : 23 novembre 2011

 

 

Ceux qui s’attendaient Ă  un Ă©niĂšme Choc des titans en regardant Les Immortels risquent fort d’en prendre pour leur grade ! Tarsem Singh surprend par l’extrĂȘme violence et le cĂŽtĂ© trĂšs sombre de ce rĂ©cit mythologique surprenant
 Si la premiĂšre demi-heure n’est guĂšre encourageante, le film trouve par la suite un second souffle Ă©pique, menĂ© par un Henry Cavill au sommet de sa forme. L’enthousiasme gĂ©nĂ©ral vĂ©hiculĂ© par le casting et l’attente du dĂ©nouement permet de passer outre les longueurs et les ruptures dans le rythme, hĂ©las trop prĂ©sentes. C’est donc sans vraie passion mais sans dĂ©sintĂ©ressement non plus, que l’on patiente jusqu’à la confrontation finale entre le roi HypĂ©rion et le jeune ThĂ©sĂ©e, entre les Titans et les Dieux – aussi brutale que grandiose. La façon dont Singh filme cette violente altercation entre le Bien et le Mal sĂ©duit ou rebute : sa rĂ©alisation sophistiquĂ©e, les images extrĂȘmement soignĂ©es, le soin apportĂ© aux couleurs (trĂšs chaudes et vives), la beautĂ© des costumes
 D’ailleurs, niveau costumes, c’est tout particuliĂšrement ceux des Dieux – cĂ©lestes – qui accrochent le regard, mĂȘme si on pourrait soupçonner, Ă  juste titre, que Singh ait puisĂ© son inspiration dans les Chevaliers du Zodiaque ! Si la reprĂ©sentation des Dieux Grecs est aussi formidable et impressionnante, cela est en grande partie dĂ» Ă  leurs armures dorĂ©es, grandioses, qui confĂšrent Ă  leurs interprĂštes (Luke Evans en tĂȘte), une aura divine ! Le choix de casting est plutĂŽt judicieux et les rĂŽles principaux sont remarquablement interprĂ©tĂ©s – Henry Cavill en ThĂ©sĂ©e intrĂ©pide, Luke Evans en Zeus indĂ©cis, Freida Pinto en oracle parfaite
 Pourtant, tous sont Ă©clipsĂ©s par Mickey Rourke, terrifiant lorsqu’il campe le roi HypĂ©rion, mĂ©galomane et sadique. Chose plutĂŽt inhabituelle dans le pĂ©plum, les personnages secondaires sont assez travaillĂ©s pour ĂȘtre dignes d’intĂ©rĂȘt ; notamment Stavros, voleur audacieux et provocateur, interprĂ©tĂ© par l’excellent Stephen Dorff (rĂ©vĂ©lĂ© au grand public dans le rĂŽle phare du Somewhere de Sofia Coppola). Au demeurant, le problĂšme majeur reste cet improbable mix de mythes grecs, dont l’histoire est bafouĂ©e au profit d’un mĂ©lange douteux. L’irrespect pour la mythologie grecque aurait d’ailleurs de quoi en agacer plus d’un et il est fort conseillĂ© d’ignorer les lĂ©gendes originales pour apprĂ©cier pleinement l’aventure que nous sert, Ă  sa maniĂšre, Tarsem Singh. Inutile donc de vous attendre Ă  un combat entre ThĂ©sĂ©e et le minotaure, Ă  peine sous-entendu
 Ceux qui sont en quĂȘte de rĂ©alisme et d’authenticitĂ© se dĂ©tourneront donc de ces Immortels, quand les autres admireront leurs prouesses visuelles. Tout aussi imparfaits qu’ils soient, les Immortels restent un divertissement sympathique et au final, plutĂŽt convaincant lorsqu’il s’agit d’éviter les clichĂ©s habituels 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour se le procurer c'est ici âžĄïž

 

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • AllocinĂ©
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 190ùme chronique : Le Carrousel Infernal

24/10/2020

1/10
Please reload