Cin’express : Little Ashes

16/01/2012

🎥 Cin’express : 🎥

Little Ashes 

 

🎬 de Paul Morrison
⭐ avec Javier Beltrán, Robert Pattinson, Matthew McNulty
🗓 Sortie : 2008

 

 

Si vous étiez devenu une star mondiale, l’idole de milliers de (jeunes) femmes et que vous crouliez sous les projets, il est probable que vous n’auriez pas choisi un film indépendant pour succéder à vos premiers succès commerciaux. C’est pourquoi Robert Pattinson fait un peu office d’OVNI dans le milieu cinématographique : après la saga à succès Twilight, il semble avoir mis un point d’honneur à se détacher le plus possible du rôle lisse du Vampire Edward qui lui a apporté la célébrité. Cet éloignement passe aussi par le désintéressement des blockbusters grand public et, dans le cas Pattinson, ce choix s’avère plus que judicieux. Mais avant même cette folie vampirique qui s’est abattue au cinéma, Robert Pattinson démontrait son goût pour les rôles dramatiques… C’était en 2008 et le film s’appelait Little Ashes (litt. Les petites cendres). En campant le rôle du tourmenté mais génial Salvador Dali, Robert Pattinson prouve qu’il n’est pas « que » l’idole des ados et que, comme tout grand comédien, il peut s’illustrer dans n’importe quel rôle. Son jeu n’a jamais été aussi fiévreux, saisissant et impressionnant que dans Little Ashes, si bien que même ses détracteurs ne seraient en mesure de critiquer sa prestation. Autre révélation du film : Javier Beltran, dans le rôle de Lorca, jusqu’alors méconnu qui mériterait amplement une certaine notoriété. Le film raconte les péripéties de Dali et sa relation mouvementée avec Frederico Lorca, son ami puis amant. Sous la caméra de Paul Morrison prennent vie l’amitié complexe, la tension sexuelle qui s’instaure progressivement entre les deux jeunes hommes et le désenchantement. Mais ce qu’il faut avant tout retenir du film, c’est surtout le romantisme, la folie et la mélancolie que Morrison sublime à l’extrême (notamment la scène de la baignade ou le dénouement final, magnifiques). Spoiler : 
ce chef-d’œuvre tient en haleine et évite les longueurs, porté par l’interprétation admirable du duo Pattinson/Beltran, les poèmes originaux de Lorca et la musique de Miguel Mera. Au final, Dali et Lorca, qui évoluent dans une époque troublée, celle de l’Espagne qui tombera sous le joug franquiste, ne parviendront jamais totalement à s’apprivoiser et à se comprendre : ils se manqueront souvent, seront un obstacle majeur dans leur relation car, lorsque l’un se décide, l’autre recule. Dans cette valse ininterrompue au cœur de leurs sentiments, tous deux ayant de fortes personnalités, aucun dénouement heureux ne sera possible. Séparés par l’Histoire sanglante et tragique de la période franquiste et la société qui les entourent, Dali et Lorca auront vécus leur relation comme ils ont vécus leur vie : dramatiques, instables mais désespérément poétiques… A l’image de ce film, à voir absolument.

 

Pour se le procurer c'est ici (attention uniquement dispo en VO !) ➡️

 

 

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 150ème chronique : Le corps

05/11/2019

1/10
Please reload