Cin’express : Sucker Punch

27/08/2011

đŸŽ„ Cin’express : đŸŽ„

Sucker Punch

 

🎬 de Zack Snyder
⭐ avec Emily Browning, Abbie Cornish, Jena Malone
🗓 Sortie : 30 mars 2011

 

 

 Le dernier ovni de Zack Snyder dĂ©barque sur nos Ă©crans ! Sucker Punch est tout d’abord une bombe qui prend la forme d’un tourbillon de mondes variĂ©s d’une beautĂ© visuelle Ă©poustouflante. On savoure l’audace artistique de Snyder, ses hĂ©roĂŻnes qui cognent vite et fort, son incroyable adresse dans les scĂšnes d’action Ă©bouriffante
 Son casting de charme et de choc fait le reste : ces cinq filles bardĂ©es de tenues dĂ©lirantes (avec un net penchant pour le cuir), guidĂ©es par un ange gardien sous les aspects d’un vieillard prophĂ©tique (cher Scott Glenn), s’assument avec talent et naturel. Toutefois, c’est la tĂȘte d’affiche Emily Browning, dans le rĂŽle de Baby Doll, qui remporte la palme : de grands yeux candides, un sourire mĂ©lancolique
 Ses allures de petite fille perdue au milieu d’un univers Ă©trange et glauque charment dĂšs les premiers instants. Dans le rĂŽle du pervers dangereux et inquiĂ©tant (Blue Jones), Oscar Isaac est lui aussi trĂšs convaincant : son interprĂ©tation, au final trĂšs nuancĂ©e, est impeccable. Le tout est portĂ© par une BO tout simplement fabuleuse, Ă  laquelle s’ajoutent des grands succĂšs musicaux, remaniĂ©s Ă  la perfection pour se fondre encore mieux avec les images. Un film d’action-fantastique qui, sous ses apparences steampunk, possĂšde un cĂŽtĂ© psychologique et une tension dramatique qui s’accumulent tout au long de l’intrigue pour atteindre, dans les derniĂšres minutes son apogĂ©e. Le scĂ©nario, Ă  priori, semblait donc intĂ©ressant et plutĂŽt psychologique
 Mais ironie du sort, c’est bien lĂ  que Sucker Punch a une trĂšs nette tendance Ă  s’enliser : certains passages s’enchaĂźnent sans vĂ©ritable fil conducteur et quelques scĂšnes d’action, trop brĂšves pour apparaĂźtre crĂ©dibles, ne sonnent pas juste. Ce qui risque fort de dĂ©concerter le spectateur. Le film s’essouffle donc au bout d’une quarantaine de minutes et recherche pĂ©niblement Ă  renouveler l’intĂ©rĂȘt de son public. En dĂ©pit de ces faiblesses et ces imperfections, Sucker Punch vaut surtout pour son dĂ©but prometteur (dĂ©couverte des personnages et de l’univers si particulier de Snyder) et sa fin d’une rare intensitĂ©, inattendue, qui permet d’émettre plusieurs hypothĂšses sur le film entier ! Sucker Punch se visionne comme une drogue hallucinogĂšne, vaguement fĂ©ministe et explosive, qui se regarde sans dĂ©plaisir mais sans grand enthousiasme non plus. Ça se regarde, point. Et c’est bien dommage quand on pense au potentiel d’un tel scĂ©nario.

 

 

 

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • AllocinĂ©
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 190ùme chronique : Le Carrousel Infernal

24/10/2020

1/10
Please reload