Cin’express : Le maître des Sorciers / Krabat

30/06/2011

🎥 Cin’express : Le maître des Sorciers / Krabat 🎥

 

🎬 de Marco Kreuzpaintner
⭐ avec Daniel Brühl, Robert Stadlober, David Kross
🗓 Sortie : 2008

 

Le marketing français laissait présager un film fantastique banal (tant par son titre que par les couleurs criardes) qui essaierait vainement d’égaler la franchise « Harry Potter ». Et c’est là que le marketing n’a pas du tout remplit son job. En réalité, Krabat (le titre original et prénom du héros) est – et de très loin – l’une des bonnes surprises des sorties DVD de l’année. Succès littéraire et cinématographique en Allemagne, il a pourtant fallu attendre 3 ans pour que le film débarque chez nous ! Krabat s’éloigne des clichés habituels qu’on retrouve d’ordinaire sur ce thème : il est même plutôt à l’opposé du sorcier binoclard et sympathique de Rowling. Le film suit le parcours d’un jeune orphelin talentueux qui cherche à survivre dans un monde hostile (un côté qui n’est pas sans rappeler Oliver Twist). Guidé mystérieusement jusqu’à un moulin sinistre, sous la gouverne d’un vieillard manipulateur et cruel, Krabat devra désormais lutter contre des forces autrement plus dangereuses… Le climat est volontairement inquiétant, très sombre et au final, empreint d’une mélancolie et d’une poésie insoupçonnées. La sobriété de la mise en scène, le choix des couleurs, ajoutent encore à l’efficacité du film. On peut tout de même regretter que les effets spéciaux soient, au final, peu employés, car le réalisateur Marco Kreuzpaintner a fait le pari assez osé de se concentrer sur la psychologie de ses personnages. Et cela fonctionne à merveille ! La reconstitution d’une époque troublée, qui succède à la Guerre de Trente ans, est particulièrement réussie. L’autre coup de maître du film, c’est sûrement son jeune casting, très bien choisi, avec en tête : David Kross (révélé dans The Reader, avec Kate Winslet) dans le rôle du personnage principal et le talentueux Daniel Brühl pour sa performance aussi nerveuse que marquante dans le second rôle de Tonda. Kreuzpaintner signe ainsi un magnifique hommage au chef d’œuvre d’Otfried Preussler qui devrait séduire même les plus récalcitrants.

 

Pour se le procurer c'est ici ➡️

 

J'aime
Please reload

  • Google Maps
  • Facebook
  • Goodreads
  • Allociné
  • TV Time
  • Instagram
Mes merveilles en chronique 💖

L’avis des libraires - 150ème chronique : Le corps

05/11/2019

1/10
Please reload