• Chloé

Digressions, non-dits & qu’en-dira-t-on #3 : 19 janvier, c'est la Journée internationale du

5 raisons de célébrer la

Journée internationale du Pop-Corn !

Incroyable mais vrai. On le sait il y a des journées internationales pour tout - presque autant qu'il y a de rabats-joies pour nous en faire la remarque... Et figurez-vous que, le 19 janvier, est célébré le Pop-Corn !

Alors OK, on est d'accord : c'est totalement absurde et ridicule. Il n'empêche que c'est une bonne raison pour laisser aller sa gourmandise sans culpabiliser. Surtout que cette céréale soufflée ne manque pas de qualités.

En voici 5 :


1) C'est un aliment sain

Si vous surveillez votre poids (comme moi) et que vous êtes une accro aux régimes (comme moi), aucun doute : le pop-corn est le Diable incarné, un vil tentateur dans sa jolie coque dorée étincelant de cristaux sucrés ! Il représente l'ennemi n°1 lors de vos sorties ciné - comme les Maltesers, les Schtroumpfs, les sodas... bref l'ensemble du rayon confiserie en fait.

Et pourtant... Non. Enfin si, lorsque vous le prenez tout prêt au supermarché ou au Gaumont du coin, le pop-corn est nuisible. Mais fabriqué maison, il n'est pas mauvais pour la santé, loin de là. Riche en fibres et en protéines, c’est aussi une bonne source de vitamine C et de vitamine B3. De plus, il est rassasiant, économique... A condition de ne pas abuser !

Bref, idéal en tant que collation. Ce qui m'amène au point n°2.

2) C'est facile à faire

Et oui ! Rien de plus simple que de préparer du pop-corn. Achetez des grains de maïs, faites-les revenir à la poêle ou au micro-ondes une dizaine de minutes et c'est prêt ! Pour ce qui est de l'assaisonnement, vous trouvez sur Marmiton une foule de recettes : sucré, salé, sirop d'érable, caramel, chocolat... Personnellement, j'adore celle-ci, toute simple et très rapide.

Pour les plus gourmets d'entre vous, l'excellente Sophie Seïté a réinventé la fameuse saveur Ispahan de Pierre Hermé (dont je vous rabat régulièrement les oreilles) en mode pop-corn. Soit un délicieux mélange d'eau de rose, de framboise et de maïs. A découvrir ici.

Quant aux littéraires, je ne saurai que leur conseiller l'ouvrage Pop-corn de Véronique Cauvin aux Editions Mini-gourmands de Solar et ses recettes toujours aussi faciles et accessibles. Parmi celles-ci, on retrouve le pop-corn à la nougatine ; les lollipop-corns aux marshmallows ; les verrines de yaourt à l'amande et au pop-corn ; le pop-corn au paprika fumé et chips de jambon. Bref, tout un programme.



3) C'est le parfait allié de la cinéphilie

Qui, hormis les emmerdeuses (genre moi, ado, qu'il aurait fallu attacher à son siège pour qu'elle daigne en prendre une bouchée), résiste au pop-corn devant un film ?

Oui, c'est bruyant à manger, ça a la fâcheuse manie de se nicher pile dans votre soutien-gorge, il y a toujours un débile pour en balancer sur les rangs devant et un grand maladroit pour en renverser partout...



Il n'empêche que le pop-corn fait partie intégrante de la culture cinéphile. Il me suffit d'humer au détour d'un couloir les effluves de maïs éclaté passé dans le sucre pour que mes neurones l'associent directement au cinéma et donc à de bons films. La faute à une longue et durable histoire d'amour entre le pop-corn et les salles, comme nous l'explique Allociné !

Pendant la Grande dépression, le cinéma est la distraction favorite des américains. Les places ne sont pas chères et le sac de pop-corn se vend dans les 5 ou 10 Cents. Les deux sont donc accessibles. L'historien Andrew F. Smith va même plus loin en affirmant que les salles ne possédant pas de machines à pop-corn étaient menacées de faillite, quand les autres, équipées, prospéraient.

Depuis la 2nde Guerre Mondiale, le pop-corn est devenu l'allié phare des salles obscures : peu onéreux, il était alors impossible de s'en procurer ailleurs - une excellente façon pour le cinéma de se distinguer de son concurrent direct, à savoir la télévision. En 1945, la moitié de la consommation de cette gourmandise aux Etats-Unis se fait au cinéma.

A l'heure actuelle, toujours aux Etats-Unis, la vente de boisson et nourriture représente jusqu'à 46% des revenus des salles... La France, plus modeste, se contentera d'un petit 16%. Bref, pop-corn et culture même combat !


4) C'est le grignotage convivial par excellence

Même à la maison, qu'il y a-t-il de mieux qu'un gros bol de pop-corn pour les soirées entre amis et en famille ? Que ce soit pour une séance papote ou un marathon Seigneurs des Anneaux (oui les versions longues, sinon c'est de la triche !), il est parfait !

Fait avec maximum 3 ingrédients dans la majeure partie des cas, il occupe l'ensemble des convives, permet de piocher sans avoir à mettre X plats différents sur la table - là où les biscuits secs, dips et autres amuses-bouches vous obligent soit à avoir la main lourde sur la sauce soit à vous coller en cuisine. Idéal pour les paresseux ou ceux qui sont trop over-bookés (oui, les mêmes qui vous disent qu'ils ne font pas de sport parce qu'ils n'ont pas le temps ou qu'ils ne cuisinent jamais parce que c'est trop compliqué de manger sain... Pour moi ils sont directement à mettre avec les paresseux mais les avis divergent à ce sujet !), il s’accommode aussi bien au sel qu'au sucre. Perso, salé avec du parmesan, du basilic et des tomates séchées, ça fleure bon les vacances et le Sud. Genre ça, les champs de lavande et les grillons du Vaucluse :

5) C'est une bonne façon d'étaler sa science...

Bon d'accord je manquais d'inspiration pour ce dernier point. Mais saviez-vous :

  • Que Scarlett Johansson avait sa propre boutique de pop-corn à Paris, le Yummy Pop ?

  • Que dès 1848 le mot "popcorn" apparaît dans le Dictionnaire des américanismes de l'historien J.R. Bartlett ?

  • Que six villes américaines revendiquaient le titre de capitale mondiale du pop-corn à savoir Ridgway en Illinois ; Valparaiso et Van Buren en Indiana ; Schaller en Iowa ; Marion en Ohio ; ainsi que North Loup au Nebraska ?

  • Que le pop-corn coréen s'appelait gangnaengi ?

  • Que les grains de maïs éclatés pouvaient avoir deux formes, Mushroom (champignon) ou Butterfly (papillon) ?

  • Qu'il existait une seule variété de maïs capable de produire du pop-corn, à savoir le maïs à éclater ?

Non ? Alors inutile de râler ! Même si ces infos sont totalement inutiles, j'avoue. J'aime bien jouer les Hermione Granger parfois...

On se retrouve dès demain pour une rubrique culinaire, d'ici là, mangez du pop-corn, regardez des films et surtout, lisez !

🍿🍿🍿🍿🍿