• ChloĂ©

Cin'express : Spy

đŸŽ„ Cin’express : Spy đŸŽ„

🎬 de Paul Feig

⭐ avec Melissa McCarthy · Jason Statham · Rose Byrne · Jude Law

🗓 Sortie : 17 juin 2015

On s'attendait (légitimement) à un film d'action lourdingue un tantinet sexiste... Mais voilà, Spy démonte les préjugés comme il s'amuse à matraquer les clichés ! En définitive, si le film n'est pas incroyable, il marque une véritable évolution dans la représentation de la femme au cinéma. En effet, Melissa McCarty est à l'opposée des filles filiformes supposément attirantes qu'on retrouve dans la plupart des films d'action - genre d'actrices parodié via le personnage de Rose Byrne qui est tout aussi excellent. C'est une femme ronde ce qui, en vue des stéréotypes hollywoodiens, aurait pu l'amener à se cantonner au rÎle de comic relief - donc un personnage rigolo souvent insupportable juste là pour déclencher des rires gras chez les spectateurs prépubÚres.

Sauf que non, son personnage Susan Cooper, démontre exactement l'inverse. Elle n'est pas là pour jouer les rigolotes potelées de service, loin de là : elle est une femme d'action, brillante, drÎle certes, tout autant qu'elle s'avÚre débrouillarde et sympathique, voir touchante. Et, a aucun moment, elle ne dépend d'un homme pour se tirer des situations périlleuses - ses partenaires masculins étant davantage des boulets avec lesquels elle doit composer bon gré malgré. Le personnage n'est jamais vanné vis à vis de son poids, l'humour ne tombe jamais dans la facilité à ce niveau-là et préfÚre le comique de situation ou de langage. Certaines répliques sont juste épiques ("Mon pÚre venait ici parfois. -Et il vous habillait en radasse dresseuse de dauphins ?").

A ses cÎtés, on sent que Jude Law et Jason Statham s'éclatent en parodiant l'image qu'ils véhiculent : le gentlemen narcissique guindé pour Law et la brute sans cervelle pour Statham. En jouant sur leur image et avec une bonne dose d'autodérision, ils s'en sortent tous les deux remarquablement bien. Tout comme Rose Byrne qui, comme je le disais plus haut, est géniale en parodie de James Bond Girl.

Autre point hautement apprĂ©ciable, le rĂ©alisateur a pris soin de situer l'action de sa seconde partie dans des dĂ©cors peu vus dans le cinĂ©ma hollywoodien : ainsi, sur la derniĂšre demi-heure, la magie des paysages hongrois, avec Budapest et le Lac Balaton, fait des merveilles. Le problĂšme demeurant qu'une blague sur deux tombe Ă  plat parce qu'Ă  vouloir bien faire, le rĂ©alisateur en fait hĂ©las trop. Spy, mĂȘme si il n'est pas toujours au top, reste une bonne comĂ©die d'espionnage curieusement fĂ©ministe qui bĂ©nĂ©ficie d'une idĂ©e scĂ©naristique gĂ©niale. En cassant tous les stĂ©rĂ©otypes du film d'action, il se perd parfois. L'ensemble reste assez fun pour qu'on ne s'ennuie pas, portĂ© par des acteurs qui bĂ©nĂ©ficient d'une forte cĂŽte de sympathie.

Pour se le procurer c'est ici âžĄïž