• ChloĂ©

SĂ©rie files : Robin des Bois

đŸŽ„ SĂ©rie files : Robin des BoisđŸŽ„

⭐ avec Jonas Armstrong, David Harewood, Richard Armitage

La premiĂšre saison de ce Robin des Bois est prometteuse : mĂ©lange Ă©quilibrĂ© d’humour, d’émotion et d’aventures, elle dĂ©poussiĂšre le mythe avec agilitĂ©. Cette vision moderne, agrĂ©able Ă  suivre, multiplie les rebondissements sans perdre de vue son fil conducteur initial – l’affrontement entre Robin et le Sheriff de Nottingham. Ainsi, l’idĂ©e de relĂ©guer le personnage cruel du Sheriff au rang de bouffon capricieux, pour souligner la froideur de son acolyte Guy de Gisborne (impeccable Richard Armitage, comme toujours), est la bienvenue. Lady Marianne (Lucy Griffith) est ici plus indĂ©pendante et fiĂšre que dans les prĂ©cĂ©dentes versions, ce qui permet de rajouter une touche de fĂ©minisme, de surpasser le rĂŽle de simple intrigue amoureuse qui lui est octroyĂ© Ă  l’origine. De la mĂȘme maniĂšre, Petit Jean n’est plus l’ami indĂ©fectible de Robin : ici, il ce rĂŽle est tenu par Much, ancien serviteur de Locksley, il est affranchi par ce dernier Ă  son retour des Croisades, glouton, facĂ©tieux, soupe au lait mais attachant, il est l’un des piliers comiques de la sĂ©rie. Si Robin des Bois fonctionne aussi bien, cela repose surement en partie sur son casting, impeccablement choisi : difficile d’ĂȘtre insensible Ă  l’enthousiasme contagieux vĂ©hiculĂ© par les personnages. En tĂȘte, le trio d’acteurs masculins principal : Jonas Armstrong campe un Robin des Bois bondissant et arrogant, Richard Armitage (cruel mais charismatique Guy de Gisborne) impose Ă©galement comme adversaire principal alors que Sam Trougthon est plus que convaincant dans le rĂŽle du dĂ©vouĂ© et truculent Much. Dommage qu’aprĂšs des dĂ©buts aussi attrayants, la sĂ©rie s’essouffle vers le milieu de la deuxiĂšme saison. La fin de la troisiĂšme, plus sombre, rattrape quelque peu les erreurs commises dans la seconde. Quant au dĂ©nouement inattendu et dramatique qui vient achever la sĂ©rie, il permet de s’éloigner dĂ©finitivement de l’image un peu bon enfant qui lui collait lors de son lancement
 Et de clore en beautĂ© les aventures Ă©piques de notre Robin des Bois.