• ChloĂ©

Cin’express : Little Ashes

đŸŽ„ Cin’express : đŸŽ„

Little Ashes

🎬 de Paul Morrison ⭐ avec Javier Beltrán, Robert Pattinson, Matthew McNulty 🗓 Sortie : 2008



Si vous Ă©tiez devenu une star mondiale, l’idole de milliers de (jeunes) femmes et que vous crouliez sous les projets, il est probable que vous n’auriez pas choisi un film indĂ©pendant pour succĂ©der Ă  vos premiers succĂšs commerciaux. C’est pourquoi Robert Pattinson fait un peu office d’OVNI dans le milieu cinĂ©matographique : aprĂšs la saga Ă  succĂšs Twilight, il semble avoir mis un point d’honneur Ă  se dĂ©tacher le plus possible du rĂŽle lisse du Vampire Edward qui lui a apportĂ© la cĂ©lĂ©britĂ©. Cet Ă©loignement passe aussi par le dĂ©sintĂ©ressement des blockbusters grand public et, dans le cas Pattinson, ce choix s’avĂšre plus que judicieux. Mais avant mĂȘme cette folie vampirique qui s’est abattue au cinĂ©ma, Robert Pattinson dĂ©montrait son goĂ»t pour les rĂŽles dramatiques
 C’était en 2008 et le film s’appelait Little Ashes (litt. Les petites cendres). En campant le rĂŽle du tourmentĂ© mais gĂ©nial Salvador Dali, Robert Pattinson prouve qu’il n’est pas « que » l’idole des ados et que, comme tout grand comĂ©dien, il peut s’illustrer dans n’importe quel rĂŽle. Son jeu n’a jamais Ă©tĂ© aussi fiĂ©vreux, saisissant et impressionnant que dans Little Ashes, si bien que mĂȘme ses dĂ©tracteurs ne seraient en mesure de critiquer sa prestation. Autre rĂ©vĂ©lation du film : Javier Beltran, dans le rĂŽle de Lorca, jusqu’alors mĂ©connu qui mĂ©riterait amplement une certaine notoriĂ©tĂ©. Le film raconte les pĂ©ripĂ©ties de Dali et sa relation mouvementĂ©e avec Frederico Lorca, son ami puis amant. Sous la camĂ©ra de Paul Morrison prennent vie l’amitiĂ© complexe, la tension sexuelle qui s’instaure progressivement entre les deux jeunes hommes et le dĂ©senchantement. Mais ce qu’il faut avant tout retenir du film, c’est surtout le romantisme, la folie et la mĂ©lancolie que Morrison sublime Ă  l’extrĂȘme (notamment la scĂšne de la baignade ou le dĂ©nouement final, magnifiques). Spoiler : ce chef-d’Ɠuvre tient en haleine et Ă©vite les longueurs, portĂ© par l’interprĂ©tation admirable du duo Pattinson/Beltran, les poĂšmes originaux de Lorca et la musique de Miguel Mera. Au final, Dali et Lorca, qui Ă©voluent dans une Ă©poque troublĂ©e, celle de l’Espagne qui tombera sous le joug franquiste, ne parviendront jamais totalement Ă  s’apprivoiser et Ă  se comprendre : ils se manqueront souvent, seront un obstacle majeur dans leur relation car, lorsque l’un se dĂ©cide, l’autre recule. Dans cette valse ininterrompue au cƓur de leurs sentiments, tous deux ayant de fortes personnalitĂ©s, aucun dĂ©nouement heureux ne sera possible. SĂ©parĂ©s par l’Histoire sanglante et tragique de la pĂ©riode franquiste et la sociĂ©tĂ© qui les entourent, Dali et Lorca auront vĂ©cus leur relation comme ils ont vĂ©cus leur vie : dramatiques, instables mais dĂ©sespĂ©rĂ©ment poĂ©tiques
 A l’image de ce film, Ă  voir absolument.

Pour se le procurer c'est ici (attention uniquement dispo en VO !) âžĄïž